PROJET AUTOBLOG


alterlibriste

Site original : alterlibriste

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Un an d'auto-hébergement

mercredi 26 juillet 2017 à 16:14

L’an dernier à cette période, j’étais à fond dans l’installation d’un serveur pour mon auto-hébergement. L’occasion de faire un petit bilan.

Au moment où j’écris ces lignes, j’ai lancé un dist-upgrade pour passer sur Stretch en mode Cyrille, c’est-à-dire sans sauvegarde : on ferme les yeux et on saute. Le suspense règne donc jusqu’à la fin du billet pour savoir si tout s’est bien passé auquel cas Debian sera soit du béton, soit de la merde (en informatique, on se doit d’être binaire, non ?).

Je me souviens comme je me suis plongé pendant 3 semaines non-stop dans l’aventure de la ligne de commande et de l’accès ssh pour monter les différents services dont j’avais besoin ou plutôt pensais avoir besoin : Tiny-Tiny RSS, Wallabag, GnuSocial, j’en ai un peu chié pour ces trois-là. J’ai travaillé les aspects sécurité en m’initiant à fail2ban, en sécurisant l’accès ssh et quelques autres fichiers de config. J’ai aussi appris à gérer mon nom de domaine, les renvois des services vers les sous-domaines, sécuriser les accès en https avec let’s encrypt.

Et puis après, j’ai ajouté quelques services faciles comme BoZon ou une ToDo list, mis en place les mises à jour de sécurité en automatique, configuré les envois de rapports vers ma boîte mail et surtout, j’ai ajouté le partage de fichiers pour les rendre accessibles de mes autres machines.

Bref, j’ai tout fait pour que ce petit boîtier se fasse oublier et remplisse sa fonction sans avoir à y mettre les mains tous les 2 jours. Chose que j’ai relativement réussi.

Pour ce qui est des services que j’utilise, finalement, c’est principalement et quasiment uniquement le lecteur de flux rss (c’était aussi la principale raison de l’installation d’un serveur) ; je n’ai pour le moment quasiment aucun autre besoin même si j’ai encore sous le coude quelques trucs à synchroniser, mais je n’ai pas encore trouvé la motivation de m’y pencher.

Par contre, le côté serveur de fichiers est beaucoup plus utile que ce que je pensais. Je ne regrette donc pas le temps investi et tout ce que j’ai appris même si cette année, j’ai d’autres occupations en vue pendant mon temps libre estival (familial plus que professionnel, être marié à une enseignante ne donne pas une véritable égalité sur la quantité de vacances), ce qui explique l’activité relativement faible sur mon blog.

Bon, on rigole mais la mise à jour se termine, je sais déjà que phpmyadmin ainsi que fail2ban ne se sont pas mis à jour correctement, ce qui n’augure pas le meilleur puisque mes services sont inaccessibles par contre le partage de fichiers fonctionne. À suivre…

EDIT (après quelques minutes de bidouillage) : fail2ban est désormais absorbé par le méchant systemd, du coup, il n’aime pas du tout qu’on garde les fichiers de config, ça aurait pourtant été pas mal de garder la configuration en place, va falloir que je me penche sur le nouveau fonctionnement. Sinon, il y avait le serveur Apache qui n’avait pas été redémarré peut-être à cause de l’erreur. Donc pour l’instant tout fonctionne, c’est l’essentiel, pour les détails, je verrai plus tard.

Audacity : étirer les pistes pour les recaler

samedi 15 juillet 2017 à 10:45

Retour à la fonction première du blog : partager la résolution d’un problème dont je n’ai pas trouvé de solution facilement en espérant que cela serve à d’autres. J’en profite pour présenter Audacity à ceux qui ne connaîtraient pas.

Audacity est le couteau suisse du travail du son et est recommandé comme outil de base sur toutes les plateformes même par les non partisans du libre pour enregistrer et éditer des pistes. C’est évidemment un logiciel libre et disponible pour tous les systèmes. Parfois des logiciels plus pointus sont utilisés pour le montage, mais il peut se suffire à lui-même tant qu’on ne travaille pas avec des dizaines de pistes ou pour faire de la musique. Bref, pour faire des podcasts, c’est un incontournable. Il faut signaler quand même qu’il arrive que ça plante parfois mais le projet est récupérable au redémarrage du logiciel.

Bref, comme je participe maintenant régulièrement au podcast l’Apéro des papas manchots, il m’arrive de mettre la main au montage et j’utilise donc Audacity. Le principe est simple, on récupère les pistes des différents animateurs, on les normalise pour équilibrer les niveaux de son, éventuellement on les nettoie ou on coupe des passages si besoin, on ajoute un générique et on mixe tout ça ensemble. Le problème que j’ai rencontré, c’est que les différentes pistes ne faisaient pas exactement la même taille, au bout de 2h d’enregistrement, on a plusieurs secondes d’écart, ce qui fait qu’on a parfois les réponses qui arrivent avant les questions et transforme le podcast en une immonde cacophonie inaudible.

La dernière fois, je pensais que c’était dû au fait que j’avais utilisé un format compressé (ogg) mais cette fois, avec du wav, j’ai eu la même chose. Une autre hypothèse était que l’on enregistrait sur des machines différentes (histoire d’horloge de processeur) mais maintenant, on récupère toutes les pistes directement à partir du serveur Mumble. C’est un logiciel libre de voix sur IP principalement utilisé par les joueurs pour discuter en jouant qui fait bien le taf pour du podcast. Si quelqu’un a une explication à cette taille différente entre les pistes, je suis preneur.

Donc, j’ai, on va dire, 4 pistes qui commencent en même temps mais qui finissent avec entre 1 et 8 secondes de décalage. Je me dis, il suffit de faire finir tout le monde en même temps, il n’y a qu’à les étirer un peu. Sauf que c’est tout sauf intuitif à faire, il y a bien des fonctions d’alignement mais ça décale les pistes (à la fin par exemple) sans les étirer et l’outil synchroniser les pistes a une toute autre fonction. On a de multiples tutos sur YouTube juste pour nous expliquer comment bouger une piste mais rien pour mon problème.

La solution est de changer le Tempo, oui, c’est évident quand on le sait mais vraiment pas facile à trouver. Donc on sélectionne la piste la plus longue et on va dans Effets/Changer le tempo ; il nous donne une durée en secondes de la sélection, on la copie dans le presse-papier et on annule. On sélectionne ensuite chaque piste plus courte et on remplace la durée de cette piste par celle la plus longue et on valide. Et tout est maintenant aligné.

Culture d'été

lundi 3 juillet 2017 à 16:51

A l’heure ou les villes se vident et les plages se remplissent, qu’il s’agisse de partir pour de longues vacances ou encore bosser pas mal, il faut continuer à faire le plein de podcasts et j’ai sous la main quelques bons tuyaux pour les barbus.

Avant tout, et parce qu’été rime aussi parfois avec lecture, je parlais la semaine dernière de la BD Le profil de Jean Melvil, eh bien, comme par hasard, j’avais sur ma liste de livres à lire Zero de Marc Elsberg, ça commence tout pareil avec des lunettes connectées qui donnent plein de super informations à partir de nos données personnelles. J’ai juste commencé mais c’est bien sourcé et c’est dans la même ambiance que Black Mirror, série (une des seules que j’ai regardées) que je recommande chaudement pour imaginer comment le futur proche pourrait se profiler avec les mutations numériques en cours (une petite interview de l’auteur qui décrit rapidement de quoi il retourne).

Mais revenons à nos podcasts :

Bon été à tous !

Une BD pour les vacances : Le profil de Jean Melville

lundi 26 juin 2017 à 18:15

Le dernier épisode du 56Kast était consacrée à la bande dessinée Le profil de Jean Melville de Robin Cousin. Et comme c’est une BD en Creative Commons, ce serait dommage de ne pas partager ça avec tous les amateurs de technologies et avec ceux qui s’intéressent au devenir de nos données.

Gary travaille dans une petite agence de détectives qui semble avoir touché le gros lot : la multinationale de consulting Jimini leur demande d’enquêter sur des sabotages qui touchent le réseau internet mondial.
Après Jimini Pro, logiciel de gestion et d’aide à la décision, c’est Jimini Me, application de coach à la personne sur lunettes connectées, qui va bientôt faire le buzz. Gary est peu féru de nouvelles technologies, alors que Jean, son meilleur ami hypermnésique, consacre son temps à des programmes open source aussi poétiques que politiques. Jean sent tout de suite que quelque chose ne va pas dans cette enquête...

La BD est assez volumineuse (216 pages) et l’histoire est d’abord un polar mais elle traite des big data et de ce qui pourrait dès à présent en être fait à travers l’équivalent de Google Glasses qui feraient un tabac. Tout n’est pas rose ou noir, l’auteur sait faire percevoir ce que toutes les applications de quantify self et de coaching apportent aux techno-enthousiastes mais aussi ce que peuvent engendrer l’exploitation de ces données sur la vie privée.

Il y a également un côté hacking avec un clin d’œil au Chaos Computer Club et l’utilisation d’un Raspberry Pi pour faire tourner un système alternatif. Bref, tout libriste, défenseur des données personnelles ou penseur des mutations numériques devrait y trouver son compte.

La BD a été diffusée par le blog de Mediapart avec les liens vers les PDF en CC sur le site de l’éditeur en 4 parties : 1 - 2 - 3 - 4.
Mais il est aussi possible de l’acheter ou de le conseiller aux médiathèques pour que l’auteur (scénariste et dessinateur) puisse continuer à faire d’autres bonnes histoires.

Avec gPodder, j'ai l'power

lundi 19 juin 2017 à 16:07

Il y a 4 ans, le 20 juin 2013, ce blog voyait le jour.
4 ans, c’est beaucoup et peu à la fois, beaucoup par rapport aux blogs actifs pendant 3 à 6 mois quiet ne survivent pas à la 1ère année, peu par rapport à Genma qui vient de fêter son treizième anniversaire.
Quoi qu’il en soit, je me souviens des premières listes de sujets à aborder dont les logiciels que j’utilise tout le temps. Dedans, il y avait gPodder et c’est un de ceux que je cite lorsqu’on me demande un logiciel libre que je recommanderais (en sortant bien sûr des sentiers battus par vlc, LibreOffice, Firefox et Thunderbird). Dans mon dernier billet, j’ai abordé RockBox qui trainait dans les placards aussi et gPodder est le logiciel indispensable pour lui donner à manger.

Ceux qui me lisent régulièrement connaissent mon amour immodéré pour les podcasts et c’est quasiment à ce seul usage que j’utilise mon baladeur audio. Ces mêmes lecteurs savent aussi à quel point je milite pour les flux rss afin de suivre l’actualité de mes sites préférés. Eh bien pour allier les deux, gPodder est la réponse ultime puisqu’il s’agit d’un agrégateur de podcasts grâce à leurs flux rss (voir mon billet sur pour un rappel de ce qu’est un flux rss).

Encore une fois, ce procédé est bien arriéré quand tout le monde a dans sa poche le téléphone avec l’appli qui va bien et fait ça tout seul (en y jettant peut-être un oeil) ; avec la capacité et l’autonomie de mon ZTE Open C, ce n’est pas très viable et je préfère vraiment un appareil dédié pour gérer les 10 à 15h de podcasts hebdomadaires que j’écoute.

gPodder est un projet qui doit approcher les 10 ans (j’ai trouvé les traces d’une version 0.x en 2009) ; sa page d’accueil est très sommaire et il ne fait pas beaucoup de bruit en dehors de quelques louanges de temps à autres.

Comment ça marche ? D’abord, on l’installe (dispo dans les dépôts de toutes les bonnes distributions et multi-plateforme) puis on s’abonne aux flux de ses podcasts préférés à partir de l’url. Ensuite, on définit une périodicité de vérification de nouveaux épisodes. Ils sont alors téléchargés automatiquement dans un répertoire que l’on aura déterminé. Il suffit ensuite de synchroniser avec le périphérique de son choix pour les avoir sur son lecteur audio. On peut également déterminer une date de suppression automatique pour ne pas voir son disque dur encombré de milliers de podcasts.

Pas grand-chose de plus à dire, ça fait le job et ça le fait bien.