PROJET AUTOBLOG


Le blog de Seboss666

Site original : Le blog de Seboss666

⇐ retour index

Mon nouveau laptop : Lenovo T460

mardi 9 octobre 2018 à 18:30

Vous l’avez vu, mon laptop commence vraiment à mal vieillir, et je cherchais un remplaçant, à la fois plus compact, peut-être pas autant que le Chromebook, mais endurant et si possible au moins aussi puissant. La difficulté, c’est de réunir ces qualités dans un appareil qui ne coûte pas un SMIC, ce qui devient de plus en plus compliqué sur un marché où l’absence de concurrence tire les tarifs vers le haut. Et même si je n’ai pas eu exactement ce que je voulais, à l’image de mon smartphone, j’ai pu trouver une bonne affaire, très bonne même.

Et c’est à Pierre-Marie que je la dois cette bonne affaire, et tant pis si ce n’est pas un CPU AMD (je m’explique en conclusion). J’ai donc fait l’acquisition d’un laptop Lenovo T460 d’occasion en parfait état, encore sous garantie chez Lenovo, et j’ai pensé qu’en parler un peu serait intéressant à plus d’un titre.

Ses caractéristiques

Nous avons donc face à nous une machine de 14 pouces, un peu plus compacte donc que les 15,6 pouces du LDLC. Le poids final est bien moins faible que ce que je pensais, dans la mesure où d’autres machines aux dimensions comparables savent faire mieux. Le nouveau venu fait en effet 1,7kgs, là où le LDLC avoisinait les 2,2kgs, un comble quand on sait que le châssis est intégralement en plastique. Et c’est dans le châssis justement que réside le secret, les Lenovo série T sont particulièrement solides, et malgré la finesse plus importante les matériaux font leur effet. Malgré tout le gain est de 500 grammes ce qui sera appréciable dans le sac à dos.

La déformation de l’objectif ne rend pas bien le changement de dimensions 🙁

Changement d’épaisseur agréable 🙂

L’écran monte en résolution, de 1366×768 à 1920×1080, on a donc à la fois une augmentation de résolution et de densité de pixels (plus de pixels dans un espace plus petit) particulièrement intéressante pour le confort et la qualité visuelle. On passe du mat à l’antireflet, la différence est visible mais le traitement de Lenovo n’est pas juste un effet d’annonce, il est efficace. La précision des couleurs entre également en compte dans la balance, et il faut avouer que les couleurs du Lenovo sont plus agréables à l’œil que sur le LDLC.

Moins flou sur le Lenovo, l’antireflet ne vaut pas le mat

Vous les voyez bien les stickers ?

Côté puissance, on passe du Core i3-5005U (génération Broadwell) à un Core i5-6200U (génération Skylake). On reste donc sur de la basse consommation, mais l’augmentation de fréquence, de génération et les améliorations du côté de la partie graphique intégrée seront certainement appréciables. Je vous laisse scruter le comparatif sur le site d’Intel pour bien comprendre les évolutions. Je reste sur 8Go de RAM, ce qui est suffisant pour mes usages sur le laptop (je ne joue pratiquement pas), et au passage je double la capacité du SSD (un Samsung 850 EVO, une très bonne référence donc), j’ai donc 500Go très confortables et très rapides (à la limite de ce que peut proposer le SATA3 évidemment).

Concernant la batterie, c’est plus que surprenant, mais le T460 en possède deux : une interne, qui nécessite de démonter le châssis pour intervenir dessus, et une autre externe, qui dans le cas présent est plus petite. C’est cette première batterie qui est d’abord exploitée quand on débranche la prise du chargeur, et il est possible de la changer sans interruption grâce à la deuxième batterie interne. Il existe différentes capacités, et aussi différentes tailles, la plus grosse batterie surélevant légèrement le châssis quand on le pose sur une table. Quoiqu’il en soit, et pour ce que j’ai pu en juger, j’ai à ma disposition entre six et huit heures d’autonomie, soit autant qu’à mon achat du laptop LDLC. En fait, on s’accommode facilement d’autant de liberté sans fil, et j’avoue que la très forte réduction que j’ai subi me frustrait plus que le reste.

Parmi les autres évolutions matérielles agréables, le clavier même s’il repasse en azerty « fr », les touches sont plus résistantes, avec une course plus importante, et le clavier est rétroéclairé ! Ça quand on commence à travaillé dans la pénombre, c’est un ajout plus que bienvenu. Les touches de fonction sont à peu de choses près toutes fonctionnelles (je n’ai pas de projecteur pour tester le Fn+F7, Fn+F9 et Fn+F10 ne sont pas attribués, mais reconnus donc je pourrais attribuer une action), du moins les plus importantes comme le contrôle du volume ou de la luminosité de l’écran. Le seul bémol selon moi, c’est le déport des Origine et Fin qui étaient en Fn+Flèche gauche/droite qui à l’usage sont très ergonomiques, là les touches sont tout en haut à droite ce qui oblige à déplacer la main, dommage.

Logiciel ? Manjaro bien sûr !

Évidemment, pourquoi on changerait une équipe qui gagne ? Par contre, je n’ai pas cloné mon installation mais installé une Manjaro toute fraîche. Pourquoi ? Eh bien, je soupçonnais que les problèmes de support que je pouvais rencontrer avec le laptop LDLC étaient dus au fait que je n’exploitais pas le mode EFI mais le legacy BIOS. Ici, je n’ai pas voulu tenter le diable, surtout avec du matériel plus récent et validé pour fonctionner sous Windows 10, en mode EFI donc. Et rien de tel qu’une installation de zéro, pour ça, j’ai choisi l’édition communautaire avec le bureau Cinnamon. Il m’a fait régulièrement de l’œil ces derniers mois, et si j’apprécie sa légèreté XFCE est vraiment austère, et GTK2 ça commence vraiment à être vieux. Étant un inconditionnel de Firefox et Thunderbird, je souhaitais rester dans l’univers GTK pour éviter les difficultés que j’ai pu rencontrer à mes débuts sous KDE.

Je ne me suis pas trompé, je n’ai pas eu grand chose à faire pour être à l’aise, les effets visuels sont plus sympas à montrer aux gens, et j’ai pu copier les différents contenus de mon dossier utilisateur pour être opérationnel en à peine une soirée. Je suis encore sporadiquement à installer un ou deux packages, mais la plupart a été réinstallé en à peine une demi-heure. Et je n’en ai supprimé que quatre, autant dire que c’est une image qui ne gaspille pas beaucoup de ressources. Nemo est un bonheur, non seulement les raccourcis pour créer plusieurs onglets et surtout naviguer entre eux sont faciles d’accès, mais en plus il possède un « extra pane » qui permet de splitter la fenêtre en deux pour faciliter les copies ou les comparaisons de dossier ! Par contre, dans l’ensemble Cinnamon et ses logiciels sont très mal traduits sur cette installation, je n’ai pas encore creusé pour savoir si c’était « normal » ou s’il manque des choses pour les francophones. On verra bien, dans mon cas ce n’est pas si gênant.

Allez essayer ça sous Windows 😀

Le matériel quand à lui est parfaitement supporté out-of-the-box, du moins ce que j’ai pu essayer, à savoir tout ce que j’utilise au quotidien, et même moins comme la webcam intégrée. Je me suis même permis une bascule au noyau 4.18, mais le 4.14 fourni par défaut  fait déjà très bien le travail.

Quelques petites spécificités qui demandaient une intervention

On va rentrer dans la catégorie des bizarreries qui donneront du grain à moudre aux blogueurs qui pensent définitivement que le bureau linux est mort ou restera cantonné aux bidouilleurs. Qu’on ne se méprenne pas, je n’ai eu aucun problème réel à l’installation ou dans les premières heures. L’expérience a été plus que plaisante, mais au bout de quelques jours, j’ai pu remarquer un truc ou deux qu’il a fallu creuser.

A commencer par la lecture vidéo. Pas de problème en apparence, mais le diable se cache dans les détails, et celui-ci était un ventilateur qui s’affolait plus que de raison. En jetant un œil à la conso CPU, en effet, VLC monopolisait pratiquement toutes les ressources. L’explication est toute simple, VLC n’arrive pas à exploiter l’accélération matérielle de la carte graphique. En fouillant un peu pourtant, les éléments nécessaires sont installés (libva, entre autres choses), mais ça ne semble pas suffire. Une petite recherche plus tard, il s’avère que sur les puces Intel récentes il faut un paquet dédié, intel-media-driver. Il n’est pas dans les dépôts de base d’Archlinux mais le « paquet » AUR a fait le boulot, malgré un temps de compilation particulièrement long. Et passer de 90% à 15% de conso CPU, ça vaut l’attente liée à cette compilation.

Un autre élément qui m’a occupé pendant quelques heures, la capture vidéo via SimpleScreenRecorder dans un premier temps, puis OBS qui avait le même symptôme. Celui-ci était que dans la vidéo enregistrée, on voyait le papier peint du bureau clignoter par dessus la fenêtre courante. Apparemment, le problème est commun aux bureaux qui exploitent le gestionnaire de fenêtres Mutter, utilisé entre autres sur Gnome et donc Cinnamon. Celui-ci apparemment fait joujou avec la synchronisation verticale, ce qui gêne SSR et OBS dans leur travail. Cependant, et dans le cas particulier des cartes Intel, et surtout les cartes récentes de génération post-Broadwell, ce qui est le cas ici, le paquet xf86-video-intel contenant des routines pour le serveur X.org est inutile et pose plus de problèmes qu’il n’est censé en résoudre. Et ça a été le cas, un mal pour un bien finalement parce que j’ai pu mettre les mains dans OBS et il semble avoir quelques atouts dans son sac par rapport à SSR qui fait très bien le boulot, mais j’ai pu voir une différence significative notamment dans la qualité de la sortie enregistrée.

Il reste un dernier point que j’ai plus de mal à régler, une instabilité légère mais suffisamment visible au niveau des débits de la carte Wifi. Je suis encore en train de chercher la cause profonde et sans surprise je partagerai quand j’aurai trouvé.

Ça donne quoi cette upgrade ?

Le gain en puissance CPU rend pas mal de choses plus fluides, même si je ne me sentais pas encore très contraint sur le i3. Le SSD est plus gros, ce qui fait que j’ai moins de scrupules à créer/télécharger quelque chose de volumineux, comme des machines virtuelles ou les futures vidéos pour le blog. Et j’ai déjà évoqué la partie autonomie qui est vraiment appréciable.

Là où je suis finalement le plus agréablement surpris, c’est sur la partie gaming : j’ai pu jouer entièrement fluide, comprendre au dessus de 40 images par seconde, à Portal 2 en 720p détails moyen, alors que même les détails bas et une résolution plus faible ne permettaient pas une expérience proprement fluide sur le Core i3 et son HD 5500. J’ai encore à tester des choses plus lourdes comme Rocket League (basé sur l’Unreal Engine, ce qui sera bien plus intéressant comme expérience), mais c’est déjà sacrément appréciable comme mise à jour. Ça me rappelle un peu quand je suis passé de ma Geforce 2 MX 32Mo SDR « bas de gamme » (comprendre des fréquences inférieures aux specs officielles de l’époque) à la Geforce 2 MX 64Mo DDR limite overclockée qui m’a fait découvrir que Kyle Katarn avait des cheveux et des doigts aux mains dans Jedi Knight 2 : Jedi Outcast. Dommage que je n’ai pas de captures d’écrans à vous montrer de cette belle époque ou la moindre upgrade matérielle changeait une vie. Et je ne vous parle pas du passage à la Geforce 4 Ti 4200 (je vous laisse chercher ces références de vieux hein 😀 )…

Je n’ai pas évoqué le son mais les enceintes intégrées font le taf, comme souvent, les basses manquent un peu, mais j’ai des casques pour ça, on peut jouer avec l’égaliseur de VLC mais j’ai la flemme, et ça ne fonctionne que dans VLC justement. Avec YouTube c’est différent, pas d’égaliseur y compris dans PulseAudio. J’ai validé la puissance avec cette petite vidéo :

Il y a par contre deux éléments que je n’exploite pas actuellement : un lecteur de cartes à puce et un lecteur d’empreintes digitales. Eh oui, c’est une machine professionnelle à la base, si j’ai pas trop la flemme j’essaierai d’en faire quelque chose ne serait-ce que pour comparer avec leur support sous Windows.

Une sacrée occasion, ça fera plaisir à certains

En effet, cette très bonne affaire ne concerne pas une machine neuve, mais une machine d’occasion. Une machine certes récente, puisqu’elle a deux ans, mais pas une machine neuve non plus, encore moins facile à trouver en magasin. Ce n’est pas non plus une machine avec un CPU AMD, parce que je n’ai pour l’instant rien trouvé chez les différents constructeurs qui s’approche de ce que j’ai entre les mains. Et ça m’emmerde un peu de ne pas pouvoir nourrir une concurrence sur un marché qui crève à petit feu justement de ce manque de concurrence. Les différentes machines sont déjà compliquées à trouver, mais elles sont aussi trop souvent trop chères pour montrer au public que la concurrence existe, et surtout qu’elle a de la gueule sans se ruiner. Mais les machines sont une fois de plus trop chères, et les premiers résultats que j’ai pu voir sont plus que décevants d’un point de vue de la dissipation thermique. Ça sera donc pour la prochaine fois j’espère…

Quelques bonnes sources pour comprendre les bases du DNS

lundi 1 octobre 2018 à 18:30

Je l’avais indiqué dans mon billet anniversaire, je lâche l’affaire, je n’arrive pas à écrire quelque chose de propre et d’agréable à lire pour vous expliquer les bases de ce qu’on appelle le DNS, grâce à qui Internet est en grande partie ce qu’il est devenu aujourd’hui. Je vais donc compiler une série de ressources qui selon moi sont suffisamment abordables pour que vous puissiez découvrir ce pilier de notre réseau chéri, en partant de zéro ou presque.

Le dyptique de Monsieur Bidouille

Youtuber encore modeste comparé à d’autres, Monsieur Bidouille nous a gratifié de non pas d’une mais de deux vidéos sur le Système de Noms de Domaines, ou DNS. Et je ne peux que vous inviter à regarder également les autres vidéos qu’il peut faire, aussi bien les hors séries sur Internet que son sujet premier.

DNS – Vulgarisation

Genma a également eu l’occasion lui aussi de diffuser la bonne parole du DNS lors de différentes apparitions publiques. Les diapositives de cette présentations sont toujours disponibles sur Github, on y aborde les bases, en ajoutant un soupçon de vie privée et de sécurité dans le tas.

Les conseils du maître, évidemment

Il n’est pas compliqué, lorsqu’on cherche un expert en matière de DNS, de citer Stéphane Bortzmeyer. Ingénieur à l’AFNIC, le bureau qui supervise la création des domaines en .fr, il participe aussi activement aux différents développements entourant les normes notamment DNS au sein de l’IETF. Parmi tout ce qu’il écrit sur son blog, j’ai sélectionné quelques articles qui mettent l’accent de manière un poil plus précise sur certains aspects du DNS :

Et si votre curiosité n’est pas encore satisfaite, vous pouvez encore fouiller le reste du blog, il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux.

Aller un peu plus loin ?

Vous avez tout compris à ce que vous avez lu et vous commencez à vouloir reprendre un peu le contrôle sur votre expérience Internet ? Sur votre connexion résidentielle, quelques solutions simples d’accès commencent à émerger comme le Pi Hole. Cette solution est basée sur un Rapsberry Pi, une mini-carte informatique qui coûte une trentaine d’euros et qui n’est pas si compliquée à installer quand on prend le temps de s’y intéresser. Pierre Lecourt en fait un très bon résumé sur son site Minimachines, il ne vous manquera pratiquement aucune information pour vous monter votre propre installation.

 

Mon laptop LDLC, trois ans après

mardi 25 septembre 2018 à 18:30

Je vous avais présenté mon laptop lors de son achat, un peu comme une expérience, peut on acheter un ordinateur portable sans système d’exploitation puisque je n’avais pas l’intention d’utiliser Windows ? Comment ce châssis full plastique a-t-il vieilli ? Et l’autonomie c’en est où ? Voyons ça de près.

Le logiciel, merci Manjaro

Pour mes besoins je pense que j’avais vraiment fait le bon choix. Remember, le support du matériel n’était pas parfait, entre la gestion de la mise en veille, du WiFi capricieux, tout n’était pas rose lors de la première installation. Mais depuis, mises à jour fréquentes et montées de version du noyau ont permis pas mal de progrès de ce côté là et matériellement parlant en terme de support je n’ai pas à me plaindre, mais il aura fallu tout de même un an. Il arrive encore très sporadiquement que la carte graphique lâche à la sortie de mise en veille, mais en dehors de ça c’est rock solid.

La performance surtout graphique a aussi bien évolué avec le temps, au point de pouvoir jouer sur cette machine à quelques jeux dont ce n’était pas du tout l’objectif, encore moins sous Linux. Dites vous que j’ai réussi à faire tourner Serious Sam 3, certes en assez basse qualité mais jouable y compris pendant les phases intenses de combat avec quelques dizaines d’ennemis à l’écran.

Au final en trois ans il n’y aura eu que trois installations, celle d’origine ayant été remplacée lors du changement de SSD (qui n’aura vécu que 6 mois), et celle qui a disparu avec le SSD mort remplacée par celle que j’utilise actuellement. En termes de bureau pour les curieux, c’est XFCE, Deepin, XFCE. Pour la prochaine installation, probablement avec le prochain pc, ça sera certainement Cinnamon, j’ai pu le tester pendant plusieurs heures il me plaît beaucoup et permet les personnalisations que je recherche, avec l’aspect de fraîcheur qui manque à XFCE (Update : ça se paie fort sur la conso de RAM, on est sur du x2…).

Côté mises à jour je n’ai pratiquement jamais eu de souci à part celui du retour de vacances cette année, un seul vrai problème logiciel en trois ans, partiellement ma faute, comment dire… Certes je suis un utilisateur avancé mais les gaillards derrière Manjaro font vraiment du bon boulot pour limiter les rugosités inévitables des mises à jour permanentes de la distribution mère. On est toujours pas prêt de proposer ça aux nouveaux arrivants qu’on redirigera vers un Ubuntu ou dérivé, mais pour un flemmard comme moi qui n’a pas envie de passer trop de temps à configurer son poste et préfère l’utiliser, c’est salvateur. Y’a bien un ou deux trucs qui me gênent par rapport à d’autres distributions, mais c’est tellement spécifique à mes usages (autocomplétion SSH absente par exemple) que je ne vais pas non plus coller tout le monde au pilori.

Le matériel : le plastique c’est pas fantastique

Pendant que vous cherchez la référence moisie de ce titre de chapitre, j’ai refait un tour de la machine en photos. Le constat est pas brillant, le châssis tout plastique a souffert, vraiment, sachant qu’à part la trappe pour changer le disque j’ai pas passé mon temps à le démonter pour l’entretenir. Je le ferai peut être dans quelques semaines pour rafraîchir la patte thermique, car c’est une pièce d’usure même si le processeur consomme tellement peu que le ventilateur ne se déclenche pratiquement jamais.

Voici donc quelques clichés, je détaille juste après :

L’ouverture au niveau de la charnière et de la prise d’alimentation ça s’est fait dans la première année de la machine, quelques semaines après son retour de sav. Ah oui, la machine est repartie une fois chez ldlc pour faire changer l’écran, qui souffrait de faux contacts (retrouver la photo twitter). Le plastique qui retenait l’écrou s’est désintégré (si si, vu le nombre de morceaux c’est ça), donc impossible de réparer. Quand au cadre plastique autour de l’écran, je ne sais absolument pas dans quelles conditions il a pu finir dans cet état là, puisque je ne l’ai démonté qu’une fois après son retour, et je l’avais remis à sa place en un seul morceau, maintenant j’en ai trois, qui tiennent tous bien en place ceci dit.

Mais c’est la seule fois où je l’ai renvoyé, quand il est revenu les techniciens avaient oublié de remettre l’aimant qui permet la détection de la fermeture de l’écran pour couper l’éclairage (c’est pour ça que je l’avais démonté d’ailleurs)…

A part ça, la bécane a tenu bon, l’écran n’a aucun pixel mort, le clavier n’a montré aucun signe de faiblesse, la puissance même si elle peut me paraître limite tient surtout du fait que j’en fais plus maintenant qu’à l’époque. Il a tout de même la solidité des ports USB qui laisse à désirer, l’un des usb2 enchaîne les faux contacts et est inutilisable, et je commence à avoir du jeu sur l’un des usb3.

Concernant l’autonomie, il y a eu des hauts et des bas en fonction de certaines régressions du noyau concernant la gestion de l’énergie, mais là, la batterie semble vraiment à bout puisque même sans rien faire, écran éteint je dépasse difficilement les six heures alors que je pouvais dépasser les treizes aux grandes heures dans les mêmes conditions, et entre six et huit heures en fonctionnement suivant l’activité.

Son remplaçant encore plus compliqué à trouver que le smartphone

Ceux qui avaient lu ma check-list de smartphone ont compris que je peux avoir des exigences assez élevées, limite utopiques (et j’ai salement dérivé n’est-ce pas ?). C’est encore plus vrai sur les laptops dont le marché s’est réduit à peau de chagrin, englué dans des machines soit trop chères soit à la limite de l’arnaque même à moyen prix. Il y a quelques années aux alentours de 600 euros on pouvait trouver de bonnes machines qui étaient évolutives dans le sens où RAM, SSD, batteries pouvaient être remplacées en cas de besoin (défectuosité, augmentation de capacité…). Et la puissance au moins CPU n’était pas sacrifiée. Maintenant, on trouve RAM soudée, donc impossible à changer, idem pour le stockage dont la performance et la capacité sont risibles, la capacité figée, et quand l’un de ces deux-là meurent tôt vous pouvez jeter toute la machine. Et le CPU a drastiquement baissé en gamme.

Pire, les écrans mat sont toujours trop rares, la résolution est encore trop souvent faible (1366×768, c’était déjà le standard y’a 10 ans et c’est toujours le cas aujourd’hui…), le poids n’évolue pas ou peu. Les seules vraies prestations à même d’attirer les clients coûtent deux à trois fois le budget moyen que le public est prêt à mettre dans une machine. Malgré le format le poids n’aide pas à la mobilité, et les machines peu encombrantes sont d’abord orientées « pro », et le prix s’en ressent avec des options peu utiles pour le grand public.

Et puis j’aurais l’occasion d’en reparler plus longuement, mais j’attends une vraie alternative abordable (environ 700 euros, et j’ai bien conscience que c’est encore très haut dans un budget informatique moyen), ce qui veut dire plate-forme AMD et pas Intel. Mais là, on sent qu’Intel et ses pratiques sont à l’œuvre, il faut lutter pour trouver les références sans annonces des constructeurs, et certains résultats sont décevants quand les machines passent au grill. Avec un peu de chance, la pénurie annoncée par Intel pourrait profiter à AMD, et donc au public.

Déjà 5 ans !?

vendredi 21 septembre 2018 à 18:30

Je sais pas si c’est l’âge qui fait ça, mais je ne vois pas le temps défiler et pourtant, ça fuse, beaucoup trop vite parfois. Et voilà, ça fait déjà cinq ans que le blog existe. Comment a-t-il vécu depuis tout ce temps ? Comment va-t-il continuer à vivre ? Que vais je manger demain ? Autant de questions auquel je vais tenter de répondre aujourd’hui.

La raison pour laquelle je n’avais pas fait de billet anniversaire l’année dernière, c’est l’immense compilation de données de Piwik créée pour l’occasion que je n’arrivais pas à organiser, l’éditeur de WordPress ne voulais pas m’afficher les miniatures, bref j’ai lutté et accepté de perdre. En fait en écrivant ce nouveau billet je viens de comprendre que ce sont les filtres d’uBlock Origin qui persiste à bloquer un des rares outils d’analyse de trafic qui respecte les visiteurs, mais bon, maintenant les données sont un peu datées… Je ne vais pas recommencer cette année, mais je voulais quand même présenter quelques chiffres qui reflètent la vie du blog.

Les visites d’abord, depuis l’ajout de Piwik sur le blog courant 2014, voilà grosso modo à quoi ressemble la courbe de trafic :

Des hauts et des bas, rythmés par des soucis de SSL, des modifications dans les bloqueurs de pub, et une cadence de publication pour le moins chaotique, jugez plutôt ce petit graphique :On se rend compte que 2015 a commencé très fort, avant que je ne débute ma nouvelle vie, et par contre que 2018 est difficile. Ce qui est drôle, c’est qu’après la frénésie de début 2015, apparemment je devais culpabiliser un peu car je faisais régulièrement des billets « je suis toujours en vie » pour indiquer que je continuais de travailler. J’ai passé ce stade depuis (je vous ai pas prévenu en mars qu’il n’y aurait rien de publié, ou presque, mais c’était un morceau de choix), et manifestement ça vous dérange pas plus que ça puisque même après une interruption relativement prolongée, vous revenez 🙂

Ce que j’ai pu constater avec le temps, c’est que si vous ne publiez rien, le public ne vient pas. Perso ça me dérange pas plus que ça, j’écris d’abord pour le plaisir, et sur mon temps libre, mais pour ceux dont les revenus dépendent de cette fréquentation, on comprend mieux d’où vient la pression. C’est encore plus vrai cet été, visible en donnant un focus aux derniers mois :

Je n’ai rien publié de nouveau en juillet, par contre août à été très productif. Le résultat est visible directement. Certes j’ai les republications sur Twitter, mais finalement le gros du trafic régulier vient des moteurs de recherche, Google sans surprise hégémonique.

Le profil du public fait que Firefox est moins en souffrance que ce que je pensais face à Chrome qui est quand même majoritaire (pas faute de vous prévenir pourtant qu’il est dangereux), et ce depuis le début. Le mobile n’est pas encore la référence par contre, mais ça ne m’a pas empêché depuis le début du site de penser « responsive » pour le thème. Trois thèmes en cinq ans, j’ai en tête de rattaquer les travaux pour un nouvel habillage, mais avant même d’avoir l’environnement pour ça (j’arrive pas à me décider sur une stack docker sur le cluster swarm), il faut l’idée, les besoins, et je ne prend déjà pas de temps pour chercher et coucher sur papier numérique ces éléments. La seule chose qui est certaine : je reste sur WordPress.

Ce moteur de site m’a permis de faire évoluer mes besoins facilement, sans avoir à tout reprendre depuis le début, même si le deuxième thème, Simone, m’a donné du fil à retordre par moments. J’ai ainsi pu changer de moteur de commentaires sans douleur et sans perte réelle de données, ajouter la publication auto puis la republication sur Twitter, une petite barre de lecture, l’alerte de vieillesse, bref, la modularité de ce moteur de blog est un vrai bonheur. J’ai par contre toujours fait attention à l’impact sur les performances, ce qui m’a poussé à inclure certaines fonctions dans mon thème enfant pour gagner quelques millisecondes.

J’ai pu faire globalement évoluer la plate-forme en dessous sans qu’il ne pose de gros problèmes (à part un bug bien crade difficile à cerner). Je suis passé au HTTPS presque sans heurts, presque car ça a signé la mort de Disqus, maintenant HTTP2 est supporté également, TLS 1.3 ça attendra par contre. Nico à certes fait un super boulot pour gérer ça mais je suis profondément réfractaire à la compilation « manuelle ». Non vraiment, ça a été l’outil parfait pour moi. J’ai beau être tenté par les SSG (générateurs de sites statiques), le simple fait de devoir pleurer pour récupérer les commentaires associés aux articles me décourage. On supprime pas un ADN rempli de gênes de flemme du jour au lendemain, hein.

Et enfin il ne faut pas oublier non plus que ce blog a contribué un peu à changer ma vie pratiquement du tout au tout, car c’est la diversité de son contenu qui a en partie attiré Ory, mon premier manager chez Linkbynet qui a accepté de me donner une chance en tant qu’autodidacte (sur les conseils de Flemzord), et je cherche encore un moyen d’exprimer toute ma reconnaissance envers eux autrement que par ces quelques mots. Les premiers mois ont été difficiles, je vais pas refaire l’article que j’ai déjà écrit sur les challenges de l’autodidacte, mais je ne regrette rien.

Est-ce qu’on peut parler du futur ?

Essayons, j’ai envie de vous faire une nouvelle vidéo qui va un peu plus loin sur les outils de développement intégrés à Firefox, mais le grand classique, faut commencer par écrire le plan, ensuite la capture, le montage qui sous Linux reste toujours pénible (j’ai du monter la dernière sur pitivi parce qu’openshot est juste inutilisable, j’en viendrais presque à prendre le temps de configurer Blender). Et puis l’upload va continuer d’être une horreur avec un ADSL dont le débit montant est tout simplement horrible. Tiens je pourrais vous parler de mes échanges avec Orange sur leur non-engagement à être présent dans l’Oise sur le réseau public, c’est juste l’apothéose de ce que je pense déjà du plan France THD.

Sinon j’ai pas prévu de plan précis pour les articles, ça publie au fur et à mesure que je termine des brouillons et que j’en suis suffisamment content, pas de nouvelle série à prévoir pour l’instant, je lutte toujours autant pour la vulgarisation; à mon avis je vais lâcher l’affaire sur le DNS, quand je vois ce que j’ai pu lire ou entendre ailleurs ça va finir en compilation, après tout si le boulot est déjà bien fait et que je vois pas quoi ajouter de plus… Je compte pas non plus arrêter de donner mon avis si je pense qu’il est nécessaire qu’il soit publié, d’ailleurs c’est marrant j’évoquai le problème du financement de la création à propos de Peertube, il semblerait que le problème plus large de la contribution aie pris de la voix entre temps chez certains libristes qui tirent une sonnette d’alarme, comme quoi je dis pas trop de conneries mine de rien… Évidemment si vous avez des idées et que vous pensez que je peux apporter un point de vue intéressant (autrement dit pas copier/coller sur d’autres personnes, ce qui parfois me laisse silencieux sur certains sujets d’actualité), n’hésitez pas, par contre à moins d’être super inspiré attendez pas une publication sous 48h 😁

D’un point de vue plus technique j’ai déjà évoqué la problématique du thème, il faut que j’avance sur la refonte de la VM qui héberge le blog, refonte qui est au point mort depuis des mois (pas faute de bosser mes playbooks persos entre temps pour le cluster Swarm pourtant), Debian forever évidemment, mais au rythme où je vais ça va finir que la machine sera directement installée avec Buster. Je partagerai probablement certains rôles Ansible avec vous, toujours évidemment si j’en vois un intérêt particulier, en gros un cas d’usage qui sort un peu des sentiers battus.

Bref la maternelle c’est bientôt fini, et j’ai bien l’intention de passer en école primaire, donc vous attendez pas à me voir disparaître de sitôt, mais je pense que ça ne sera ni plus, ni moins qu’actuellement. Je suis content de la recette actuelle si au bout de cinq ans je ne me suis pas lassé, faudrait vraiment un grand chamboulement dans ma vie pour que ça change.

Tu te reposeras quand tu seras mort ! – Johner, Alien Resurrection

Créer une page regroupant toutes les astuces en vrac ?

mercredi 19 septembre 2018 à 18:30

Dans le dernier épisode des astuces diverses, on m’a demandé si j’avais une page qui regroupait toutes les astuces sorties depuis le début. Ce n’est pas le cas, ce n’était pas prévu jusqu’à ce que mon esprit décidément mal tourné se dise que c’était peut être possible de manière semi automatisée. J’ai cherché, j’ai trouvé.

La magie de wp cli

Je ne vous ai jamais réellement parlé de cet outil, pourtant pour les utilisateurs avancés de WordPress c’est un outil indispensable à garder dans sa trousse. En l’occurrence, il dispose de beaucoup de fonctions permettant de manipuler ce qui a trait aux posts, qui dans la langue de WordPress couvre à la fois les pages et les articles.

Vous l’aurez compris, l’objectif est de récupérer le contenu des articles et de les concaténer pour les coller dans une page. Et à peu de chose près, wp cli va nous permettre de faire tout ça.

Pas à pas, en douceur

Bon, en cherchant dans la documentation, je ne trouve pas moyen d’afficher les contenus d’une catégorie. Dommage. Cependant wp post list permet d’afficher tous les articles, et d’appliquer certains filtres. Les articles portent tous le même nom, alors on va bêtement utiliser grep :

web1@vox:~/web$ wp post list |grep -i "astuces diverses"
4862	Quelques astuces diverses, quatorzième		2018-09-15 11:09:55	draft
4631	Quelques astuces diverses, treizième	quelques-astuces-diverses-treizieme	2018-08-12 10:30:09	publish
4481	Quelques astuces diverses, douzième	quelques-astuces-diverses-douzieme	2018-05-04 18:30:22	publish
4390	Quelques astuces diverses, onzième	quelques-astuces-diverses-onzieme	2018-02-19 18:30:45	publish
4239	Quelques astuces diverses, dixième	quelques-astuces-diverses-dixieme	2017-12-22 18:30:38	publish
4088	Quelques astuces diverses, neuvième	quelques-astuces-diverses-neuvieme	2017-10-26 18:30:50	publish
3933	Quelques astuces diverses, huitième	quelques-astuces-diverses-huitieme	2017-09-12 18:30:55	publish
3723	Quelques astuces diverses, septième	quelques-astuces-diverses-septieme	2017-08-11 18:30:30	publish
3538	Quelques astuces diverses, sixième	quelques-astuces-diverses-sixieme	2017-06-13 18:30:54	publish
3411	Quelques astuces diverses, cinquième	quelques-astuces-diverses-cinquieme	2017-03-31 18:30:14	publish
3224	Quelques astuces diverses, quatrième	quelques-astuces-diverses-quatrieme	2017-01-29 10:30:34	publish
3083	Quelques astuces diverses, troisième	quelques-astuces-diverses-troisieme	2016-12-12 18:30:20	publish
2961	Quelques astuces diverses, deuxième	quelques-astuces-diverses-deuxieme	2016-11-09 18:30:27	publish
2877	Quelques astuces diverses	quelques-astuces-diverses	2016-08-31 18:30:54	publish

Ajoutons quelques options pour ne garder que le titre et l’id, et filtrer sur le statut pour ne garder que les publications et pas le brouillon en cours :

web1@vox:~/web$ wp post list --post_type=post --fields=ID,post_title,post_status |grep -i "publish" |grep -i "astuces diverses"
4631	Quelques astuces diverses, treizième	publish
4481	Quelques astuces diverses, douzième	publish
4390	Quelques astuces diverses, onzième	publish
4239	Quelques astuces diverses, dixième	publish
4088	Quelques astuces diverses, neuvième	publish
3933	Quelques astuces diverses, huitième	publish
3723	Quelques astuces diverses, septième	publish
3538	Quelques astuces diverses, sixième	publish
3411	Quelques astuces diverses, cinquième	publish
3224	Quelques astuces diverses, quatrième	publish
3083	Quelques astuces diverses, troisième	publish
2961	Quelques astuces diverses, deuxième	publish
2877	Quelques astuces diverses	publish

On approche, on approche. Un des avantages de l’id, c’est que c’est une clé incrémentée en base de données. Donc plus l’article est récent, plus l’id est élevé. Pour s’assurer d’un ordre précis c’est sort qui va faire le taf :

web1@vox:~/web$ wp post list --post_type=post --fields=ID,post_title,post_status |grep -i "publish" |grep -i "astuces diverses" |sort
2877	Quelques astuces diverses	publish
2961	Quelques astuces diverses, deuxième	publish
3083	Quelques astuces diverses, troisième	publish
3224	Quelques astuces diverses, quatrième	publish
3411	Quelques astuces diverses, cinquième	publish
3538	Quelques astuces diverses, sixième	publish
3723	Quelques astuces diverses, septième	publish
3933	Quelques astuces diverses, huitième	publish
4088	Quelques astuces diverses, neuvième	publish
4239	Quelques astuces diverses, dixième	publish
4390	Quelques astuces diverses, onzième	publish
4481	Quelques astuces diverses, douzième	publish
4631	Quelques astuces diverses, treizième	publish

Pourquoi faire tout ça ? Eh bien, on peut sauvegarder le contenu de chaque article dans un fichier texte. Je teste avec un des articles pour voir si mes espoirs seront comblés :

web1@vox:~/web$ wp post get 2877 --field=content > astuces1.txt
web1@vox:~/web$ head astuces1.txt 
<p style="text-align: justify;">C'est les vacances (du moins pour moi), et même si je me concentre sur ma recherche d'appartement, je n'oublie pas le blog qui me manquait effectivement un peu, et pour lequel j'arrive à trouver de l'inspiration. Enfin presque, aujourd'hui, c'est petit pense-bête pêle-mêle (beaucoup de circonflexes là-dedans) d'astuces diverses dans différents domaines, évidemment presque toujours de la ligne de commande.</p>
<p style="text-align: justify;"><!--more--></p>

<h3 style="text-align: justify;">Un générateur de mot de passe alphanumérique</h3>
<p style="text-align: justify;">Les astuces vont souvent prendre la forme d'un alias, et voici donc le premier, un petit générateur de mot de passe aléatoire, par exemple pour la connexion à une base de données :</p>

<pre class="lang:sh decode:true ">alias passgen="strings /dev/urandom | grep -o '[[:alnum:]]' | head -n 12 | tr -d '\n'; echo"
</pre>
<p style="text-align: justify;">On l'appelle ensuite sans paramètre, et le résultat est immédiat :</p>

Cool, pas de sérialisation ! Je vais donc pouvoir attaquer la suite, à savoir la récupération de tous les contenus, concaténés dans un seul fichier texte. Pas de mystère, on continue dans le one-liner, et donc passage par une petite boucle (n’en déplaise à Aeris qui n’aime pas for 🙂 ):

> all_posts.txt; for i in $(wp post list --post_type=post --fields=ID,post_title,post_status |grep -i "publish" |grep -i "astuces diverses" |awk '{print $1}' |sort); do wp post get $i --field=content >> all_posts.txt; echo "<hr />" >> all_posts.txt; done

On remarquera au passage que j’ajoute une ligne html finale « hr » pour séparer les épisodes, c’est plus pour la forme qu’autre chose, puisque je récupère tout le contenu, avec les introductions donc. Ensuite je crée la page depuis l’admin du site, ce qui me permettra de contrôler le taf. Je cherche via la cli l’id de la page :

web1@vox:~/web$ wp post list --post_type=page --fields=ID,post_title|grep -i "astuces diverses"|awk '{print $1}'
4979

Ce qui devrait maintenant me permettre de pouvoir mettre à jour la page :

web1@vox:~/web$ wp post update $(wp post list --post_type=page --fields=ID,post_title|grep -i "astuces diverses"|awk '{print $1}') all_posts.txt
Success: Updated post 4979.

Je vérifie ensuite dans l’éditeur, puis l’aperçu, et ma foi, ça semble bien faire le boulot :

Il ne me reste plus qu’à scripter ça proprement, ne serait-ce que pour accélérer la boucle via une variable. La prochaine fois que j’ai un article de publié je pourrais relancer cette routine et ça fera des Chocapic ! La page est disponible à cette adresse, et elle est accessible via le menu principal dans la section projets.

Est-ce qu’on peut faire mieux ?

J’en sais rien, déjà ça ça fonctionne pas mal donc je suis content, avec les filtres sur les catégories on pourrait regrouper les articles d’autres séries plus simplement que via du grep bien dégueu (et surtout avec des titres différents). Je cherche pas non plus à détecter automatiquement si un nouvel article est publié dans la série, dans une optique d’automatiser complètement la mise à jour de la page à la publication des nouveaux articles.

Mais si vous avez des idées pour tout ça je suis preneur.