PROJET AUTOBLOG


MouTonLibre

Site original : MouTonLibre

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Faites chauffer le FTP, BlogoText 3.7 est arrivé

samedi 15 avril 2017 à 15:08

En voilà une bonne nouvelle en ce week-end pascal, une nouvelle version de BlogoText a été publiée.

Et je dois dire que je suis impressionné par le travail fourni par les quelques contributeurs. Sans vous infliger le changelog complet, on peut noter quelques apports majeurs :

Pour ce dernier point, je tiens à rappeler que BlogoText n'est pas seulement un moteur de blog mais propose plutôt un portail dédié à l'écriture de contenu. En effet, l'interface administrateur propose, en plus des outils traditionnels dédiés au blog, un lecteur de flux RSS, un hébergeur de fichiers et un outil permettant de partager des liens. Et c'est toujours un plaisir de voir l'expérience améliorée pour l'administrateur. :)

Et bien que cette version soit très réussie, il s'agissait pourtant d'une version de transition. En effet, le projet a été transmis par Timo van Neerden à BoboTig après la mise en ligne de la précédente version. Mais le temps n'étant pas extensible, il y a parfois des impératifs bien plus importants que du logiciel. C'est pourquoi BlogoText est maintenant rattaché à une organisation et non plus un mainteneur. Ce moteur de blog vit maintenant de ses propres ailes. :)

Pour suivre l'évolution de BlogoText dès aujourd'hui, rendez-vous à cette adresse :
https://github.com/BlogoText/blogotext/

Pour une version de transition, c'est une bien belle version. Et pour cela j'adresse toutes mes félicitations aux développeurs ! :)

Ubuntu Phone, ou l'histoire d'un flop (mais cette fois-ci c'est la bonne)

mercredi 5 avril 2017 à 23:48

Bon ben voilà, Mark Shuttleworth annonce la fin du développement de Unity 8, et donc des Ubuntu Phone qui vont avec. J'attends l'article de Cyrille avec grande impatience pour son « je vous l'avais bien dit ! ». Et moi je dois faire mon mea-culpa suite à mon dernier article.

J'aurais aimé avoir raison. J'aurais tant aimé... Mais la logique économique, et plus surprenant la pression de la communauté, aura eu raison des Ubuntu Phones. La promesse était belle, la réalisation l'était moins. Et je dois dire que je suis admiratif de la lucidité de Mark Shuttleworth. Il y a peu j'aurais pu avoir la critique facile vis à vis du personnage, mais cette décision accompagnée de l'excellente interview de Numerama m'a fait remonté grandement Mark Shuttleworth dans mon estime. Abandonné un projet porte-étendard de sa société ne doit pas être une chose facile. Mais quand ça ne prend pas, ça ne prend pas...

Cependant, même si je suis déçu par l'abandon d'une vision que j'aurais aimé voir aboutir, la convergence, cette décision s'accompagne quand même d'une très bonne nouvelle. En plus de Unity l'indigeste, je pense que cette décision signera l'abandon de Mir. Ouf. Wayland va donc pouvoir être déployé dans tout l'écosystème GNU/Linux et donc bénéficier de l'ensemble de ses développeurs. Fini la fragmentation des serveurs d'affichage.

En revanche, les nouvelles priorités de Canonical m'interpellent. Ubuntu a été créée dans le but de proposer au grand public un système d'exploitation libre. Et aujourd'hui le développement est donc axé sur les technologies pour le cloud et l'IoT... Canonical change donc clairement son fusil d'épaule pour enfin essayer de devenir rentable. Fini le grand public, place aux solutions destinées aux entreprises. Je crois que Canonical était en train de racler les fonds de caisse et que de toute façon ils n'avaient plus le choix que de se réorienter. Tant pis pour les débutants...

J'ai hâte de voir ce que l'avenir va proposer. Mais bon une énième distribution avec un bureau Gnome, personnellement je passe. On a toujours eu du mal à se comprendre, Ubuntu, et je crois que ce n'est pas près de s'améliorer...

Ubuntu Phone, ou l'histoire d'un flop

dimanche 8 janvier 2017 à 20:30

Et quand je parle d'un flop, je parle de cette rumeur alarmante (pas de l'article cité en exemple puisque Cyrille semble avoir compris le fond, mais il n'y a pas beaucoup d'articles francophones à ce sujet...) qui est apparue il y a quelques jours prévoyant la mort de Ubuntu Phone... Pas de l'OS mobile en lui-même.

Déjà il faut savoir que ce genre d'information est monnaie courante. Possesseur d'un BQ Aquaris 4.5 j'essaye de me renseigner un peu sur le système et c'est bien la quatrième fois que je vois la nouvelle comme quoi Ubuntu Phone serait abandonné, qu' il n'y aurait plus de mise à jour et j'en passe... Et à chaque fois, j'ai eu l'agréable surprise d'avoir une mise à jour dans le mois. Donc à force j'ai appris à me méfier. Et quand j'ai vu l'article de OMG! Ubuntu! je l'ai relu deux fois afin de bien comprendre.

Et force est de constater qu'il n'y a a jamais été question d'abandon de l'OS mobile Ubuntu Phone, ni même d'une fin de support pour les appareils mobiles Ubuntu. L'annonce expliquait seulement que les appareils les plus anciens ne recevraient plus les OTA mais seulement des mises à jour de sécurité. Ce qui veut simplement dire, que le système reste maintenu sur les plus vieux appareils mais qu'il n'y aura plus, sur ces appareils, de déploiement des dernières nouveautés.

Et je dois dire qu'après deux ans à recevoir sans cesse des mises à jour apportant leur lot de nouveautés je ne trouve pas anormal que l'OS de ces téléphones passe sur une version figée, mais toujours maintenue. Ma tablette Android n'a, après deux années de service, plus reçu de mises à jour de sécurité... Nettement plus grave mais ça n'a jamais fait un tel foin sur le web.

Cette annonce a aussi suscitée des inquiétudes quant à un éventuel ralentissement du développement de Ubuntu Phone à cause du transfert des ressources humaines vers le développement de Snappy, l'OS basé sur les paquets Snap et qui propose une conteneurisation des applications. Mais que nenni. Le développement de Snappy contribue indirectement au développement de Ubuntu Phone, qui je le rappelle repose pour le moment sur une base Android... Base vouée à être remplacée par Snappy afin de se libérer de l'OS de Google. Canonical cherche en effet à concevoir un système d'exploitation universel capable d'être déployé sur n'importe quel appareil (serveur, PC, mobile, TV, frigo, drone et j'en passe). Alors cela amène son lot de problème, que je suis le premier à dénoncer, mais attribuer des ressources à la R&D dans ce but n'est donc pas un frein au déploiement d'un OS « by Canonical » sur mobile.

Tout ça pour dire que le développement de Ubuntu Phone continue. À son rythme, certes, mais bon Canonical ne possède pas la même puissance de frappe que peuvent avoir des entreprises comme Google ou Apple.

Et ces nouvelles erronées se répandant comme une traînée de poudre me chagrinent donc un peu. J'ai pu constater sur diaspora* que certaines personnes ont préféré désinstaller Ubuntu Phone suite à cette annonce... Donc sur une incompréhension, la communauté qui s'était difficilement formée autour d'une des seules alternatives libres aux OS mobiles propriétaires se voit donc affaiblie. Alors même qu'il faudrait dans ces moments de doutes montre son soutien aux développeurs afin de montrer tout l'intérêt que l'on peut avoir pour cet OS.

Je n'appelle pas à un soutien unilatéral et sans critique de l'OS mobile de Canonical, n'étant pas moi-même un fanboy Ubuntu (si vous connaissiez mon amour pour Unity 7...), mais aujourd'hui il faut reconnaître que j'ai un téléphone qui fonctionne, me permettant de me tenir un peu à l'écart des GAFAM sans pour autant acheter un Nokia 3310, et ça me ferait bien chier que cette alternative disparaisse. Pour une rumeur... Une rumeur à la con.

Année 2

mardi 3 janvier 2017 à 15:00

Et voilà s'en est fini de 2016.

Cette année a été quelque peu particulière à bien des égards, que ce soit sur le plan familial, professionnel ou personnel. À vrai dire ce fut pour moi l'année de tous les changements... Des changements majoritairement formidables (coucou mini-g33k).

Mais dans cet article je ne vais évoquer que les changements intervenus dans ma vie par le biais de mon alter-égo digital numérique : Starsheep.

Peu de jour après le passage en 2016, le libre a pris une place bien plus importante sur mon temps libre. Avant cela je n'étais qu'un simple contributeur occasionnel, mais différents événements dans la communauté HandyLinux m'ont mené à accélérer mes contributions. Pour le meilleur et pour le pire... Ce fut une expérience très enrichissante, et chronophage aussi, cependant s'engager sur un long chemin avec un cheval malade n'est jamais une bonne idée. On peut lui coller autant de bandage que l'on veut, la route n'est que de plus en plus difficile. Et ce que nous n'aurions jamais osé faire, Thuban et moi, arpinux l'a fait : couper la tête de l'hydre. Un choix qui paraissait insensé sur le moment mais qui s'avéra être la réponse la plus adaptée à une gangrène grandissante, et une réponse d'une grande lucidité. Et si j'ai évoqué l'hydre de Lerne, ce n'est pas pour rien. La fin de HandyLinux a mené à une dispersion de ses éléments la constituant en de multiples entités plus ou moins indépendantes :

Paradoxalement, l'éclatement de HandyLinux a aussi assuré la pérennité et la solidité du projet. L'accès à Debian pour les débutants français repose maintenant sur des éléments solides : une association, de la documentation valable pour de multiples projets ce qui amène bien plus de contributeurs et une iso bien moins compliquée. C'est fou comme la chaos peut structurer les choses.

Mais le point positif de cet éclatement reste, pour moi, la création du collectif 3hg. C'est égoïste, certes, mais que c'est bon d'être au calme ! Le développement se fait dans une sérénité sans pareil et la motivation est ainsi revenue de plus belle. Ces occupations sur notre temps libre redeviennent des loisirs et quelque chose qui avait disparu quelque temps est revenu : le plaisir. Et c'est cela qui va amener quelques belles surprises en 2017... J'en suis persuadé. D'ailleurs, on aurait pu le craindre a l'éclatement de la communauté, les liens avec les membres actifs n'ont absolument pas été rompus. Les échanges se font sous des formes différentes mais ne sont absolument pas morts pour autant. Et cela est vraiment quelque chose de fort et de réjouissant. Donc même sur internet ce ne sont pas les espaces qui font les échanges, mais bien les personnes. Qui a dit que les échanges virtuels ne valaient rien ?

Cette année m'a aussi permis d'expérimenter l'auto-hébergement ce qui m'a mené à enfin lancer ce blog. Cette expérience fut énormément enrichissante mais n'était pas tenable pour moi à long terme. Les journées ne sont pas extensibles et il a fallu prioriser mes occupations. Cependant je ne dis pas que je n'y reviendrai pas un jour via OpenBSD. À vrai dire, il ne me manque que le matériel... J'attends également beaucoup des solutions d'auto-hébergement « grand public » comme YunoHost ou Cozy mais qui manquent pour l'instant d'un peu de maturité...Je garde quand même un œil sur ces projets très prometteurs. En attendant je suis très satisfait de mon hébergement chez o2switch (pub gratos) qui me permet une relative liberté dans la gestion de mon domaine et donc d'expérimenter des choses. Après cela reste du mutualisé et je pense que c'est ce point précis qui me refera basculer vers l'auto-hébergement. Mais beaucoup d'eau coulera sous les ponts avant cela.

La première année avec les deux pieds dans le Libre fut donc très intense et aussi quelque peu bordélique. Mais je crois que c'est l'essence même du départ. Aujourd'hui, les briques me semblent enfin en place pour aller de l'avant. Par tous les changements effectués, cette deuxième année s'annonce plus calme mais aussi paradoxalement beaucoup plus productive. Je ne me lancerai pas dans des prédictions afin de ne pas tirer de plans sur la comète mais maintenant que les choses sont en place il est enfin possible de s'attaquer vraiment à l'essentiel...

... dans la joie, la bonne humeur et la sérénité ! :)

Bonne année à vous tous.

3hg-menu : réorganisation des briques

jeudi 29 décembre 2016 à 08:48

J'étais tranquillement en train de prendre ma douche quand j'ai eu une révélation. Ne me demandez pas pourquoi, je ne le sais pas moi même, je me suis représenté le 3hg-menu dans sa version actuelle sous forme d'un schéma. Et en gros ça donne ça :

Alors juste pour information, il faut voir un « tuple » comme une liste d'objets immuables comprenant les informations nécessaires à la création d'un lanceur (commande, icône, adresse, etc.).

Et c'est à ce moment là que je me suis dit qu'un truc n'allait pas. Regardez bien en haut à gauche... La création des tuples via une arborescence de fichiers .desktop n'a finalement rien à faire dans la bibliothèque du 3hg-menu.

Donc voilà, je me lance dans un petit refactoring du code afin de bien segmenter le tout et de mettre en place un petit système de briques (plus ou moins) indépendantes et qui me semble beaucoup plus cohérent :

Cela peut sembler bizarre car le 3hg-menu a initialement été créé dans le but de gérer une arborescence de fichiers .desktop... Mais bon c'est bête de se limiter à ça quand on peut offrir bien plus avec le même outil finalement.

« Mais quel est donc l'intérêt pour l'utilisateur ? » allez vous me dire. Eh bien à vrai dire, pas grand chose. Dans un premier temps... Car cela va faciliter énormément le travail d'éventuels développeurs pour proposer une version personnalisée du 3hg-menu. Ce qui peut donc fournir à l’utilisateur moult variantes dont une qui pourrait lui convenir.

Prenez par exemple le tkmenu, il devient facile de créer un équivalent avec le 3hg-menu. :) Pour cela, il faut juste créer le plugin qui se charge de lire le fichier de configuration pour fournir une liste de tuples, et ensuite de créer une interface Tk. Mais celui qui le souhaite peut aussi créer un menu basé sur ce système de fichier de configuration mais basé sur Gtk, ou Qt, ou destiné à FluxBox, etc. Ou bien reprendre l'interface Tk mais avec la création des lanceurs basée sur l'arborescence de .desktop.

Et la bibliothèque du 3hg-menu se charge, elle, de la gestion des tuples. À savoir la création de l'arborescence qui sera fournie à l'interface, le tri des applications, la mise en cache pour accélérer l'ouverture, la création de fichiers d'icône binaires (toujours pour accélérer l'ouverture), etc.

Il y a quelques lignes de code à ré-écrire mais rien de bien méchant. :) Donc je vous fourni une version d'essai d'ici peu.

Allez je file.