PROJET AUTOBLOG


NeoSting.net

Site original : NeoSting.net

⇐ retour index

DTC. Le VTC obligé de faire attendre ses clients 15 minutes. #actualité

dimanche 29 décembre 2013 à 17:27

La France vient une nouvelle fois d'être la risée du monde, en s'affichant dans un article de TechCrunch. S'il fallait un exemple concret pour montrer que le conservatisme est au service de l'immobilisme en France, il n'y a plus besoin de chercher très loin. En effet, un décret paru samedi 28 décembre 2013 au Journal Officiel et applicable au 1er janvier 2014, demande que les VTC (Véhicule de Tourisme à Chauffeur) - soit, les taxis "indépendants" du réseau classique - fassent attendre leurs clients 15 minutes, après leur réservation, afin de pouvoir les prendre en charge.

Si vous n'êtes pas vraiment geek (passionné par ce sujet), il existe de nouvelles sociétés et des startups qui proposent leur service de transport, par le biais de leur application pour mobiles. C'est notamment le cas de Uber qui s'était faite connaître à #Leweb, il y a quelques années, et que j'avais découvert là-bas. On peut citer également entre autres, Allocab, Lecab et chauffeur-privé ; toutes sont la cible de cette mesure.

Il semble donc que le lobby des taxis traditionnels a été entendu par le gouvernement socialiste de Jean-Marc Ayrault qui a décrété et dégainé une mesure pour le moins... stupide bizarre. En effet, le décret explique que :

Ce délai permet de mieux distinguer l'activité de ces véhicules de celle des taxis, seuls habilités à circuler en quête de clients sur la voie publique.

Afin de les protéger de l'invasion de ces nouveaux taxis innovants et connectés, le gouvernement, par le biais des ministres Manuel Valls (Intérieur) et Sylvia Pinel (Artisanat, Commerce, Tourisme) n'a donc rien trouvé d'autres que cette mesure étrange et même peut-être anticonstitutionnelle. En effet, cette attente des 15 minutes obligatoires ne concerne pas les clients riches qui font réserver un VTC depuis un hôtel d'au moins 4 étoiles. Donc, ce qui ont logé dans un hôtel bas-de-gamme de 3 étoiles ou moins sont eux, soumis à cette mesure punitive et restrictive. Pas sûr que le Conseil Constitutionnel apprécierait beaucoup cette mesure discriminatoire. Cette mesure est surtout une double-peine : celle d'empêcher ces startups d'être toujours plus efficaces et rapides (et donc de créer de l'emploi), et celle du client qui doit attendre pour se déplacer à son travail pour être plus productif (et donc gagner plus d'argent). Les taxis "classiques" seront donc avantagés, si du moins, la technologie ne permettait pas déjà de contourner cette absurdité. De plus, il reste à savoir comment le Gendarme gouvernemental procédera à la vérification de toutes les prises en charge.

Pourtant, l'Autorité de la Concurrence avait émis un avis défavorable à ce sujet. le gendarme de la Concurrence explique que ce décret souligne :

[...] les distorsions de concurrence qu'il risque d'engendrer, alors que celles-ci ne sont ni nécessaires ni proportionnées aux impératifs d'intérêt général qui sont poursuivis. Une distorsion de concurrence ayant des conséquences très négatives sur l’activité économique des sociétés de VTC (AFP)

Mais, il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. Pourtant, une solution aurait été simple : que les taxis traditionnels développent eux aussi leur propre application dans le but à la fois de fidéliser leurs clients, mais aussi de répondre à la demande du marché innovant.

On ne demande qu'à en rire...

À quand une mesure similaire pour Mc Donalds ? C'est vrai, cette restauration rapide est une concurrence déloyale pour les restaurants traditionnels. Vous avez commandé votre Big Bousin ? Veuillez patientez 15 minutes pour pouvoir être servi, mais rassurez-vous, c'est pour mieux fluidifier la circulation intestinale.

De nombreux tweets se sont bien sûr, manifestés pour faire comprendre pourquoi cette mesure est contre-productive. EN voici quelques-uns.

@Zikaba Attendre 15 minutes avant d'allumer son PC pour favoriser la machine a écrire

@imnotalone : Attente de 15 minutes avant d'utiliser ses converses pour favoriser l'utilisation des sabots

@thomasgoubin Attente de 15 minutes avant d'utiliser sa voiture pour favoriser l'utilisation des chevaux

DTC. Le VTC obligé de faire attendre ses clients 15 minutes. est une publication originale sur le blog NeoSting.net

Article sous licence Creative Commons CC-By

Apple ne veut pas de Cryptocat sur iPhone (iOS) #actualité

dimanche 29 décembre 2013 à 14:49

Vous connaissez probablement la messagerie CryptoCat, et vous avez même peut-être pensé que vous pouviez avoir pleinement confiance en ce système chiffré. Pendant quelques temps, entre le 17 octobre 2011 et le 15 juin 2013, la messagerie "sécurisée" a été victime d'une faille, dans le protocole de chiffrement ECDH (Elliptic curve Diffie–Hellman). Faille corrigée depuis, et pour assurer à ses utilisateurs d'une volonté de bien faire les choses afin d'éviter la surveillance, son développeur Nadim Kobeissi, à déplacé les serveurs dans un Bunker en Suède, celui qui héberge également et notamment ThePirateBay et Wikileaks.

Cryptocat est open-source et fonctionne sur la plupart des navigateurs dont Safari sur Max OSX. Cette application permet de communiquer, sous la forme d'un (t)chat de manière chiffrée et sécurisée, normalement à l'abri de la surveillance généralisée.

Nadim Kobeissi avait expliqué travailler sur une version mobile pour les iPhone (iOS) et l'a soumis récemment sur l'AppStore. Mais Apple ne l'a pas vu de cet œil, et a rejeté son application... pour des raisons que Nadim n'a, bien sûr, pas le droit de dévoiler selon la règle du NDA (Non-Disclosure Agreement). Sur son compte Twitter, il explique quand même que pour lui, ces raisons sont illégitimes.

Il ne faut pas être devin pour imaginer et essayer de comprendre pourquoi : Apple veut garder le contrôle des données qui transitent dans sa boutique d'applications. Malgré la présence sur l'AppStore de l'application maison iMessage, celle-ci n'est toutefois compatible que dans l'environnement fermé d'Apple. De ce fait, CryptoCat ne peut entrer en concurrence. Et même si iMessage est censée aussi chiffrer les communications, Apple doit fort logiquement être capable de tout déchiffrer pour faire plaisir aux Surveillants. Ainsi, si, il fallait une preuve que CryptoCat est efficace pour permettre une bien meilleure confidentialité des correspondances et des messages postés, ce rejet par Apple tend à la confirmer. La firme ne semble donc pas être en mesure de lire le contenu des messages, ce qui, logiquement ne lui plaît pas.

Toutefois, j'ai tendance à penser que vouloir proposer une application aussi "sensible" dans un environnement aussi fermé que celui d'Apple, n'est pas ce qu'il y a de plus judicieux pour avoir une confiance totale dans la confidentialité de ses communications. Ce que l'on peut avoir du mal à comprendre, en revanche, c'est que cette application est pourtant disponible sur l'AppStore pour Mac OSX, qui propose des conditions similaires à l'AppStore pour iOS. Un keylogger serait-il plus efficace sur OSX que sur iOS ?

Apple ne veut pas de Cryptocat sur iPhone (iOS) est une publication originale sur le blog NeoSting.net

Article sous licence Creative Commons CC-By

La Tournée des Liens, semaine #52.2013 #actualité

vendredi 27 décembre 2013 à 17:57

Pour cette Tournée des liens de Noël, je vous propose pas mal d'articles dans un pèle-mêle magistral, passant de la LPM à des émulateurs, tout en sautant sur la loi sur l'avortement en Espagne, la loi HADOPI, et la télévisionisation... Bluetouff revient aussi sur son procès qui pourrait faire jurisprudence. À voir absolument aussi, la conférence de Ken Robinson sous-titrée ici en français, qui nous explique comment l'école tue la créativité. Je vous propose également un excellent dessin sur les jeux vidéo et la connerie du mois vécue par un handicapé. L'handicap en France, on s'en fout aussi pas mal quand il s'agît de faciliter l'accès aux livres aux handicapés visuels.

Je me suis surpris quand même, avec Noël, à trouver le temps d'écrire quelques articles et à réussir ce tour de force de proposer autant de choses à lire dans cette tournée. N'oubliez pas de faire ctrl+clic pour ouvrir plusieurs onglets à la fois, sans quitter cette page...

Leur Tournée en français

Leur Tournée en anglais

L'image de la semaine

Le gouvernement espagnol a adopté une loi sur l'avortement. Celle-ci doit être soumise au Parlement encore, mais cette loi annule, sauf dans 2 cas très précis, le droit des femmes de vouloir avorter. L'image suivante est un peu trompeuse et pas tout à fait juste, car ce droit est possible en cas de viol. Pour info encore, le fait d'avorter illégalement est puni de 2 ans (et pas 6) et un viol simple de 12 ans. Mais elle dénonce le fait qu'une femme qui aura avorté illégalement hésitera à dénoncer son éventuel violeur, car celui-ci pourra la dénoncer en retour, ou comment aider un violeur à trouver une cible facile...

nomedenuncies

Ne me dénonce pas pour viol, et je ne te dénoncerai pas pour l'avortement. Pour toi, c'est 6 ans de prison. (2 en fait)

La vidéo de la semaine

La connerie de la semaine

Elle ne date pas vraiment de cette semaine, mais c'est tout comme. Parce que c'est toujours bien de le rappeler. "Être con n'est pas un handicap"

Le clip musical de la semaine

Tool est un excellent groupe de rock métal progressif. Le clip présenté ici, Vicarious n'est pas mal non plus...

Le dessin de la semaine

Vous connaissez certainement le dessinateur Bruno Bellamy pour ses BDs sympathiques et ses dessins aux courbes parfois sensuelles. Pour la semaine de Noël, j'ai retenu cette BD sur les jeu vidéo qui reflète assez bien ce que devient ce secteur. Pour ma part, je crois toujours au Père-Noël, mais c'est certain qu'il faut bien le chercher pour le trouver...

bd-bruno-bellamy-jeu-video-noel

La Tournée des Liens, semaine #52.2013 est une publication originale sur le blog NeoSting.net

Article sous licence Creative Commons CC-By

Pack Netgear CPL-Wifi. Comment étendre son réseau Wifi par CPL #matériel

vendredi 27 décembre 2013 à 17:27

Suite à des petits soucis de propagation de Wifi dans l'appartement, je me suis mis dans l'idée de trouver un répéteur wifi. De nombreuses solutions avec des produits en tout genre existent pour ça. Plutôt que de tirer un fil à l'autre bout de la maison depuis le modem-routeur, je me suis penché sur une solution Netgear composée d'un adaptateur CPL et d'un boîtier connecté à l'adaptateur capable de créer une nouvelle connexion wifi. Il faut avouer que j'ai été plutôt surpris par cette idée. C'est à la fois pratique, et pour le coup, plutôt bien fait. Explications.

J'ai donc choisi le Pack d'adaptateurs CPL Wifi Netgear XWNB5602-100FRS. Pour installer ce système, c'est plutôt simple, ou presque, puisqu'il faudra impérativement s'intéresser à la sécurisation du routeur qui, par défaut n'est pas active ni vraiment optimisée. Le boîtier CPL agît exactement comme un routeur.

2013122714:54:33-911x582En premier lieu, on branche les deux boîtiers (l'un dans l'autre fonctionne très bien), et on les synchronise immédiatement de manière sécurisée en appuyant, quelques secondes et en même temps, sur le bouton de chaque boîtier. Celui disposant d'une prise gigogne doit ensuite être relié au routeur ou à un switch relié au modem ou à l'ordinateur, par le biais d'un câble ethernet. À partir de là, il faut trouver l'adresse IP locale du routeur CPL. Celui-ci étant en DHCP par défaut, elle est variable. On peut la trouver avec différents outils. Pour faire simple dans la configuration de son modem-routeur, il doit y avoir la liste des périphériques réseaux connectés avec leur IP. Avec Android, il existe l'outil Fing. Sous Linux, on peut faire simple aussi avec cette commande que j'aime bien. Elle affiche la liste les IPs des périphériques de son réseau et supprime le bruit généré par les entrées vides.

sudo apt-get install fping
fping -a -e -t50 -g 192.168.1.0/24 2> /dev/null

Nul besoin du logiciel fourni. Rendez-vous dans votre navigateur et écrivez son IP ex : 192.168.1.66. Les accès par défaut sont admin et password... À partir de là, vous pourrez tout configurer, à commencer par changer le mot de passe du routeur CPL Netgear. On peut alors créer un nouveau SSID avec une passphrase, et choisir le type de sécurité wifi (wpa2...). On peut également passer en mode d'adressage statique plutôt qu'en DHCP, ce que je recommande. Cerise sur le gâteau, il est possible de sauvegarder la configuration pour la recharger en cas de besoin. En cas d'oubli du mot de passe, il faudra juste réinitialiser (avec un cure-dent), le CPL routeur.

2013122714:51:28-1095x361

On peut alors créer un répéteur wifi en mettant le même accès wifi (SSID et mot de passe) que celui utilisé sur son modem-routeur, mais c'est à éviter ; ça ne fonctionne pas toujours très bien. Désormais, avec votre connexion à Internet, vous avez deux accès wifi disponibles. Par exemple, un pour le garage avec le CPL-Wifi, et l'autre pour la maison avec le routeur-wifi. Avec un second boîtier extenseur compatible, vous pouvez également étendre encore plus votre réseau wifi (par exemple pour l'étage)...

Côté négatif, il faut savoir que le déploiement de sa connexion à Internet par courant porteur en ligne n'est pas toujours très stable et dépend beaucoup de son installation électrique. Le ping sera également plus lent.

Pack Netgear CPL-Wifi. Comment étendre son réseau Wifi par CPL est une publication originale sur le blog NeoSting.net

Article sous licence Creative Commons CC-By

Places handicapées. Être con n'est pas un handicap #actualité

jeudi 26 décembre 2013 à 23:16

François est un handicapé à mobilité réduite, et il se déplace en fauteuil roulant. Quand il conduit sa voiture adaptée, il lui faut donc au moins l'espace de ce fauteuil pour pouvoir entrer dans son véhicule. Voilà pourquoi les places handicapées sont plus larges que les autres.

Vendredi 13 décembre 2013 à Chambéry, François gare sa voiture sur une place handicapée d'un parking de supermarché en laissant, justement et logiquement, une place pour pouvoir sortir et entrer dans son véhicule. Il part faire ses courses, mais pour les besoins d'une intervention, un fonctionnaire de Police s'est permis de venir garer sa voiture de fonction en empiétant sur la place handicapée, dans l'espace que Français s'était réservé pour monter dans son véhicule. En collant sa voiture de fonction très près de celle de François, ce dernier n'a logiquement pas pu entrer dans sa voiture, et a du attendre le retour du fonctionnaire... près d'une heure plus tard.

place-parking-con-non-handicapeFrançois raconte très bien sa mésaventure dans la vidéo ci-dessous, sous-titrée, qui continue à faire le buzz. Certainement très énervé, il a décidé d'enregistrer la conversation du Policier qui venait justifier son acte.

Ce qui est assez grave, en fait, c'est surtout la mauvaise foi hallucinante du représentant de l'Ordre, qui semble se croire au dessus des lois en justifiant cette véritable incivilité par des arguments totalement fallacieux, mentionnant un marquage bleu.

C'est vrai que les panneaux et les logos, ça ne sert à rien, n'est-ce pas ?

Comme le rapporte le Dauphiné Libéré, François a reçu des excuses de la part du commissaire et directeur départemental de la sécurité publique qui s'est chargé d'enquêter sur cette affaire, mais si François n'avait pas fait le buzz avec sa vidéo, il attendrait sûrement encore...

Sous chaque panneau indiquant qu'une place est réservée aux handicapés, il devrait être toujours marqué : "Être con n'est pas un handicap".

Incivilité d'un fonctionnaire de Police envers une personne handicapée

Places handicapées. Être con n'est pas un handicap est une publication originale sur le blog NeoSting.net

Article sous licence Creative Commons CC-By