PROJET AUTOBLOG


Pixellibre.net

Site original : Pixellibre.net

⇐ retour index

Défendre l’anonymat, épisode 42 000

mercredi 30 janvier 2019 à 14:16

Dans une lettre publiée sur Libé, Luc Le Vaillant s’attaque très frontalement à l’anonymat. Alors, une fois encore, un peu de pédagogie, car une paire de baffes, même si ça fait du bien, n’est pas la solution. Analyse de ladite lettre du monsieur.

Ta parole ne vaut rien.

Premièrement, l’auteur écrit : « Parlant en mon nom et signant de mon patronyme ». Le ton est donné, il faut comprendre, entre les lignes « j’assume mes propos et ils ont plus de valeur que les tiens, qui sont publiés sous pseudonymat ».

Cette hiérarchisation de la parole est d’une idiotie sans nom, comme si une parole publiée sous une identité civile aurait plus de poids qu’une parole publiée sous pseudonyme.

Doit-on comprendre qu’un mensonge publié sous une identité civile aurait plus de valeur et de crédibilité qu’une vérité énoncée sous un pseudonyme ? L’auteur de la lettre déverse d’emblée sa haine de l’anonymat et on peut comprendre, en une phrase, tout le mépris qu’il témoigne aux personnes qui publient sous pseudonyme. Cette impression est confirmée, quelques lignes après, lorsque l’auteur écrit « je voudrais te dire, cher anonyme, combien je n’ai pour toi aucune estime. »

L’attaque est vive, insultante et totalement stupide, c’est l’expression d’un esprit étriqué, particulièrement fermé, que de rejeter « par défaut » la parole sous pseudonyme. Ici, l’auteur dit tout simplement que l’ensemble des paroles publiées sous pseudonyme n’ont, à ses yeux, absolument aucune valeur.

Une certaine idée de la liberté d’expression

L’auteur dit, au début de sa lettre « parce que je défends la liberté d’expression la plus large et que j’insiste pour que celle-ci s’exerce à voix nue et à visage découvert. » Il milite donc pour la liberté d’expression. Chouette !

Cependant… quelques paragraphes plus loin, il s’exprime en ces termes : « je me fiche qu’on te coupe la chique quand je me battrais pour que puissent continuer à s’exprimer des gens dont je déteste les idées mais qui ont le front de les énoncer clairement et en toute lumière ».

La liberté d’expression serait réservée aux personnes qui s’expriment avec leur identité civile ? Voici une conception de la liberté d’expression bien étrange. « Je défends la liberté d’expression* (*mais pas pour tout le monde, en résumé). Hélas pour l’auteur, défendre cette conception de la liberté d’expression, ce n’est pas défendre la liberté d’expression. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il s’oppose à la liberté d’expression, mais sa définition des choses est bien étrange…

La liberté d’expression est une chose dont nous, européens, pouvons bénéficier. C’est un luxe, que bien d’autres n’ont pas, ou plus et ce dans un nombre grandissant de pays. Il serait bon de la respecter, et de la défendre quotidiennement. Ce n’est jamais une chose acquise.

Le poids de l’identité

L’auteur s’efforce à démontrer qu’il existerait une forme de dissociation entre une identité civile et un pseudonyme, que les propos tenus sous pseudonyme ne seraient pas tenus avec un patronyme… sauf que les études tendent à prouver que ce n’est pas l’anonymat qui délie les langues ou qui fait que les trolls sont violents, comme l’explique cet article, basé sur une étude de l’université de Zurich, en 2016

L’étude tend même à expliquer que les menaces et les insultes sont encore plus prononcées lorsque les personnes utilisent leur identité civile pour s’exprimer. Diantre !

L’identité, qu’elle soit sous un pseudonyme ou avec un nom civil, se construit au fil du temps, et un pseudonyme peut être une identité bien réelle. Lorsque j’écris avec Numendil, ce n’est pas juste un pseudonyme, c’est « moi », c’est une partie de moi, de mon identité, c’est une personne à part entière. N’y voyez aucune dissociation d’identité, comprenez simplement qu’un pseudonyme a autant de valeur qu’un nom dans la vie civile. Beaucoup de gens me connaissent comme « Numendil », s’en contentent très bien, et certains accordent du crédit à ce que je dis, à Numendil. Mon identité civile n’est connue que par très peu de personnes, bien qu’il soit aisé de la trouver, mais le poids de mes paroles n’a pas la même importance selon qu’elles soient dites par Numendil ou par la personne derrière le pseudonyme. L’identité, au-delà de son caractère officiel ou d’un pseudonyme, a une légitimité, donnée par les personnes qui l’acceptent.

A partir du moment où cette identité sous pseudonyme est connue, reconnue, acceptée, elle existe pour les personnes, elle existe tout court, dans le monde physique, au même titre qu’une identité civile.

Voir l’auteur de la lettre balayer d’un revers de la main l’identité sous pseudonyme, c’est rendre invisible un bon nombre de personnes.

L’identité civile en ligne est un luxe.

Autre point, fondamental : pouvoir publier sous son identité civile, sur Internet, relève d’un luxe que bien des gens, dont moi, ne peuvent bénéficier. L’auteur, Luc Le Vaillant, peut se le permettre, il est journaliste, il sait qu’il n’y aura pas de lourdes représailles de sa direction, il sait qu’il peut donner son avis sans trop de craintes. Certes, il se fera sans doute insulter par des personnes, certes il sera moqué, mais c’est un problème global, que l’on soit sous pseudonyme ou non.

Publier avec son identité civile, c’est un luxe que bien des personnes ne peuvent pas s’offrir car il y aurait des représailles. Combien de personnes, sous pseudonyme, sont traquées, insultées, menacées à cause d’idiots dangereux qui n’aiment pas leurs opinions, avis, religion ou orientation sexuelle ? Combien de personnes voient « l’anonymat-qui-n’en-n’est-pas-vraiment-un » comme une condition nécessaire à leur liberté d’expression ? Ces personnes ne pourraient pas s’exprimer comme elles le font avec leur identité civile, c’est juste inconcevable, les conséquences pourraient être dramatiques dans un certain nombre de cas.

D’autres ne peuvent pas s’exprimer avec leur identité civile car ils sont tenus à un devoir de réserve, prenons par exemple un avocat, Maitre Eolas pour ne pas le nommer. Son nom n’est pas vraiment maître Eolas, et il est certain qu’il ne pourrait pas s’exprimer aussi librement s’il publiait sous son « vrai » nom. Comme Maître Mô et bien d’autres personnes.

Enfin, dans ma vie, j’ai travaillé avec des personnes dont l’anonymat était une condition de survie, littéralement. Certaines car elles sont traqués par leur gouvernement ou par des groupuscules terroristes, d’autres car elles souhaitaient dénoncer des pratiques odieuses sans craindre de représailles, d’autres, encore, maltraitées ou battues, qui ne pouvaient juste pas s’exprimer autrement que de façon pseudonymisée ou anonymisée.

Alors, vous le comprendrez aisément, voir un journaliste, jouissant de la capacité à s’exprimer sous son patronyme civil, déclarer : « je voudrais te dire, cher anonyme, combien je n’ai pour toi aucune estime. », voir cet insupportable mépris, écrit par une personne qui est une forme de représentation de notre liberté d’expression… ce n’est pas acceptable.

De la même façon, un journaliste devrait intégrer qu’il bénéficie d’un pouvoir énorme, d’un droit que beaucoup n’ont pas : celui de pouvoir s’exprimer via des médias connus et reconnus. A ce titre, j’ai énormément de difficultés à comprendre comment il est possible que l’auteur tienne de tels propos, à ce point déconnectés et profondément méprisants.

Cher Monsieur Le Vaillant, si vous lisez ce billet, je ne vous salue pas et je vous témoigne le même respect que celui que vous témoignez aux personnes sous pseudonyme.

La lecture de ladite lettre est conseillée, je ne présente que quelques parties de l’écrit, et d’autres joyeusetés y figurent.


Lettre de Luc Le Vaillant, sur Libération, à charge contre l'anonymat
Lettre de Luc Le Vaillant, sur Libération, à charge contre l’anonymat, source : David Abiker