PROJET AUTOBLOG


Blog-Libre

Site original : Blog-Libre

⇐ retour index

Le grand silence

jeudi 1 novembre 2018 à 09:00

J’ai fait le constat durant mes congés d’été qu’il était de plus en plus difficile pour moi de partager.

J’ai parlé d’intimité et du syndrome de l’imposteur. Je suis tiraillé entre la volonté de partager et faire publiquement, l’intimité de mes écrits (expérience et pensées), la critique reçue, la peur qu’on me démasque en tant qu’imposteur et qu’on me ridiculise.

Je ne sais plus vraiment pourquoi je m’impose ces contradictions. Assurément j’en tire bien davantage du positif que du négatif mais quoi de plus paisible, tranquille et reposant que le silence.

Vous lisez mon dernier article, j’espère que vous avez appris des choses, j’espère que ça a été utile. Désolé pour les articles promis et jamais publiés. On continuera de se croiser sur le Jdh et dans le forum des bons pères de famille.

(Tr)oppressé

jeudi 25 octobre 2018 à 17:05

J’ai enfin pris le temps de regarder (Tr)oppressé, une série documentaire de Arte de 10 épisodes de 5mn que je vous recommande très très très chaudement.

Sous haute tension Intensité et résistance. Mesure/chiffre/métrique et performance
Conso, boulot, dodo Consommation et urgence. Désir perpétuel et plaisir éphémère (cycle : vouloir, obtenir, en jouir, jeter, passer au désir suivant)
Temps de cerveau disponible Information et attention. Distraction, dark patterns, dépendance, impulsivité et stimulation émotionnelle. Érosion et destruction de la volonté, importance des priorités
Mobilisation générale Notification et mobilisation. Soumission à la connexion, droit à la déconnexion, obligations de l’employeur
En direct, une réaction ? Quantité et qualité. Impératif de l’urgence (temps court) et contrainte de la durée (temps long), profusion et flux
Algorithmes endiablés Algorithme et prolétarisation
Cerveau en mode avion Synthèse/profondeur intérieure contre sollicitation/dispersion/surface de l’attention
L’amour est dans le swipe Consommation et désir. Contrôle et frustration, engagement et temps
Tout pour être heureux Injonction au bonheur et souffrance/injustice sociale. Bonheur et aliénation, bien-être et réalisation de soi
Basique Instinct Intuition et émotion. Être et pleine conscience

Ma préférence va à Temps de cerveau disponible, Cerveau en mode avion et Basique Instinct. La force de cette série est d’aborder des sujets importants très simplement et rapidement, on obtient immédiatement des clés de compréhension. Du coup le propos est simple d’accès permettant une diffusion à tous. Je vous invite à les relayer/diffuser largement.

J’ai renseigné les thèmes évoqués dans chaque épisode pour définir, identifier et s’y retrouver. La majorité des questionnements que j’ai et que je traite sur ce blog sont résumés dans cette série.

La haine : Racisme

dimanche 21 octobre 2018 à 07:00

Un utilisateur du Jdh a remonté « ça » (hxxps://democratieparticipative.biz/torrent-de-haine-mediatique-juive-contre-democratie-participative/) comme article, il a été banni immédiatement. Le site se nomme Démocratie Participative et arbore fièrement « le site le plus engagé pour la liberté d’expression ». Je vous invite à cliquer dessus, vous verrez notamment cette jolie image.

J’apprécie particulièrement le texte qu’il a mis sous l’info remontée : « Un peu tendancieux, mais ça montre que la justice peut facilement décider de priver certains de liberté d’expression et organiser une censure des idées sur Internet ».

La haine il faut la voir, la sentir, la toucher parce que malheureusement trop de gens pensent que c’est exagéré, que ça n’existe pas vraiment, que ça ne les concerne pas. Ils oublient. Pire que tout, ils pensent qu’on peut se permettre de laisser faire avec le risque de la laisser se propager, s’ancrer, se banaliser.

J’ai trouvé LA perle rare ici (hxxps://snowbay.wordpress.com/la-creativite/questionsreponses/).

Au début je n’ai pas compris, j’ai pensé que c’était un délire, de la fiction. C’est tellement énorme que je n’y ai pas cru. Pourtant l’explication est là (hxxps://snowbay.wordpress.com/la-creativite/matt-hale/), la Bible (hxxps://snowbay.wordpress.com/la-creativite/la-bible-de-lhomme-blanc/) aussi.

Ces liens ne parlent pas de haine mais d’amour (pour la Race Blanche). Ces individus sont très actifs sur le net et les réseaux sociaux. Ils laissent des commentaires, ils argumentent avec des idées qu’on soutient : libertés individuelles, liberté d’expression. N’oubliez pas.

Facebook, le site qui ne vendait rien

vendredi 19 octobre 2018 à 16:31

Il est des sujets dont on se lasse jamais : celui qui m’intéresse particulièrement dans ce billet, c’est le meilleur réseau social du monde, Facebook.

Le meilleur parce que c’est le plus gros, le plus utilisé, avec le plus grand nombre d’utilisateurs et le plus d’argent généré soit 2,2 milliards d’utilisateurs, 40 milliards de chiffres d’affaires et 15 milliards de bénéfices. Il est souvent difficile de projeter une réalité physique sur de tels chiffres et de donner corps à une valeur numérique.

Essayons avec d’autres exemples de même nature.

Prenons l’entreprise Renault : 58 milliards de chiffres d’affaires, résultats net de 5 milliards. Ça doit faire beaucoup de voitures vendues.

Essayons avec La Société Générale : 23 milliards de chiffres d’affaires, 3.4 milliards de résultats nets. On imagine le grand nombre d’agences bancaires partout sur le territoire, celles que nous croisons dans notre quotidien, dans nos villes. On peut facilement imaginer le grand nombre d’employés nécessaires.

Et pour terminer, l’entreprise Carrefour : 78 milliards de chiffres d’affaires, 2 milliards de résultats nets. Là, c’est encore plus facile à visualiser : des magasins, des hypers, des city markets. Des vendeurs, des caissières, de la logistique, des entrepôts… Bref, nous avons une image de tout cela, une représentation physique de l’activité.

Mais au fait, que vend Facebook ? Que propose Facebook pour générer 40 milliards de chiffres d’affaires ?

Du côté utilisateurs grand public, il n’y a nul part les offres et prestations que Facebook vend ou facture. Sur le site lui-même, pas de rubrique « Prix » ou « Grille des tarifs ». Rien.

Et pourtant Facebook vend : pour 40 milliards de publicité, 100% de son activité, c’est vendre de la pub à partir des données intimes de ses utilisateurs. Vos rêves, vos envies, vos amitiés, vos goûts, tout cela sera converti en publicité virtuelle à cliquer.

Imaginons maintenant ces 40 milliards de publicité dans la vie réelle, « IRL » : pour un tel volume, il faudrait imaginer passer 8h par jour devant la télévision à regarder passer des publicités, à vider notre boite aux lettres pleine à ras bord de prospectus tous les matins ou à évoluer dans une ville où les murs, les trottoirs et les routes seraient recouverts de publicité.

Les utilisateurs fournissent la matière première – vie privée, photos, goûts personnels et intimes- pour ensuite mieux permettre à la société commerciale Facebook de nous accrocher, de nous attirer et de nous voler notre attention en offrant des milliers d’opportunités commerciales à ses clients, les annonceurs.

Qui peut s’imaginer devoir claquer la porte au nez de son domicile à des vendeurs insistants se présentant toutes les deux minutes, toute au long de la journée ? Ca, c’est la démarche commerciale Facebook. Plus la peine de coller un autocollant « Stop Pub » sur sa boite aux lettres tout en ayant un compte Facebook actif…

En plus d’être un magasin mondial de données privées, Facebook est également un piètre acteur commercial : il ment à ses annonceurs sur ses statistiques de visionnage. Ca, c’est pour le dernier exemple de la semaine. En fait, il n’y a pas un jour sans mauvaises pratiques pour cette entreprise, Facebook est devenu la démonstration de ce qu’il ne faut pas faire en terme de gouvernance et de comportement envers ses propres utilisateurs. Et pourtant, 2,2 milliards sont inscrits et 1,4 actifs l’utilisent quotidiennement.

Cela fait quelques années que je collectionne les articles de presse concernant Facebook : oui, tout le monde utilise ce service. Oui, c’est très pratique pour rester en contact avec le club de poney ou les copains à l’étranger mais quel prix éthique, humain et politique à payer ! Il suffit de lire, voir et entendre les effets dévastateurs dans le monde pour se rendre compte du réel coût, ce fameux coût caché que Facebook ne paie pas et nous inflige, les utilisateurs et les non-utilisateurs également.

Et si ce terrible coût caché était un chiffre, pas sur que Facebook soit bénéficiaire à la fin de l’année financière.

Ci-dessous, une liste d’articles captés ces dernières années sur le réseau social (merci Evernote !), ses scandales, ses effets négatifs « à la Black Mirror » et les interrogations qu’il soulève toujours et encore sur son influence sur nos vies et la société en général.

 

Perso : Un nouveau départ

dimanche 14 octobre 2018 à 07:30

Le petit a eu 3 ans et est rentré à la maternelle. Ça fera 10 ans à la fin de l’année que je suis avec Madame. Vous êtes en train de lire mon 401ème article. Je commence à m’ennuyer sur Linux. J’ai passé un cap au boulot (après plus d’un an à cravacher). J’ai posé les bases de mes réflexions sur l’égalité, le féminisme et la justice sociale. Depuis la rentrée j’ai un rythme plus serein et sain. Les premiers désaccords se font sentir.

Je n’ai jamais autant bidouillé et bouffé du Linux que ces 3 derniers mois, pourtant je n’ai pas fait plus d’articles techniques. Je me dis que je devrais arrêter d’avancer et partager tout ce que j’ai accumulé. J’y songe sérieusement, j’ai une dette en terme d’articles qui dépasse 1 an maintenant.

J’ai migré sur Mint et… tout s’est très bien passé. Je m’ennuie tellement que je me suis occupé de petits détails et soucis que je n’avais jamais pris le temps de régler. Un saut de Ubuntu à Mint paraît dérisoire mais il ne faut pas oublier le contexte professionnel. La prudence était de mise, toute la journée je bosse dessus, il faut que ce soit sans (mauvaise) surprise. Le prochain saut sera fort probablement sur Arch mais avant : Zsh, tiling window (i3, Sway) et scripting.

En même temps que mes connaissances et mon niveau sur Linux augmentent, mes besoins et centres d’intérêts deviennent plus confidentiels et pointus. Je vais parler de fzf pendant plusieurs articles, clairement si vous n’utilisez pas la ligne de commande ça ne vous intéressera pas. D’un autre côté je trouve sympa de montrer ce qu’on peut faire et comment.

Il semble que ma manière de bloguer déplaît de plus en plus ou fait débat, comme si je devais justifier de ma manière d’être, de penser, d’écrire et de publier. Si vous n’appréciez pas, il suffit juste d’arrêter de lire. En ce qui me concerne je veux juste faire mon truc dans mon coin sans emmerder le monde, impossible ?

On a tous à faire des choix, décider des priorités. J’ai l’impression que je vais être radical dans ma façon de faire. La tranquillité (récente et relative) de ma vie personnelle et professionnelle contraste avec les remous de ma vie en ligne et communautaire.

Je suis traversé par tous les possibles, je m’interroge sur les chemins à suivre. Préparez-vous à du changement, demain tout est possible.