PROJET AUTOBLOG


Blog-Libre

Site original : Blog-Libre

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Alt-Tab, mémoire spatiale et toogle.sh

samedi 28 avril 2018 à 11:46

J’utilise principalement 3 applications : Terminator (terminal), Firefox (navigateur), Sublime Text (éditeur). J’ai besoin de basculer extrêmement rapidement et régulièrement entre ces trois outils. Le problème (ou le besoin) est identifié, il me faut une solution.

Je n’ai jamais réellement travaillé avec Alt+Tab, je connais évidemment mais j’utilisais très peu. Je mets ça sur le compte de 20 ans de Windows qui nivelle par le bas… on clique. Maintenant que je dois vraiment m’y mettre, je « découvre ». Aviez-vous déjà remarqué qu’on ne bascule pas de la même manière entre les onglets sur Firefox (Ctrl+Tab) et les applications (Alt+Tab) ?

Lorsqu’on fait Ctrl+Tab sur la grande majorité des applications, on passe à l’onglet suivant. Lorsqu’on fait Alt+Tab, on passe à la dernière application utilisée. Le Ctrl+Tab suit une logique ordonnée de gauche à droite, le Alt+Tab suit une logique temporelle qu’on appelle MRU (Most Recently Used, Plus récemment utilisé). Avec Alt+Tab... Lire la suite

Xubuntu 18.04 ou pas

vendredi 27 avril 2018 à 19:00

J’attendais la sortie de la dernière version de Ubuntu pour voir si j’allais rester sur Xubuntu. Je vais arrêter les frais.

La « politique » de Canonical m’exaspère de plus en plus. Je surveillais deux choses précisément : Télémétrie et paquets snap. Je cite Next INpact et certains commentaires.

La nouvelle version du système instaure en outre une télémétrie, ce qui n’avait jamais été fait par Canonical. Au premier lancement du système, un assistant montre les nouveautés principales et en profite pour poser quelques questions. Parmi elles, l’acceptation de l’envoi des données. Version du système, type de connexion Internet, caractéristiques matérielles de base (CPU, GPU, RAM…), pays de l’utilisateur, temps requis pour finir l’installation, choix de certaines options (ouverture automatique de session, installation de codecs tiers…), partitionnement du disque dur ou encore rapports de plantages seront ainsi envoyés. Notez que le « Oui » est sélectionné... Lire la suite

La cagnotte de Péhä

mardi 24 avril 2018 à 10:00

Péhä est un des dessinateurs connus du monde libre francophone au côté de Simon « Gee » Giraudot et David Revoy. Ils ont notamment tous les trois contribués aux campagnes Framasoft. Justement Framasoft a consacré un article à Péhä : il lisait des Picsou, il dessine des gnous ! On peut aussi retrouver ses contributions dans l’espace médias de Dégooglisons Internet.

Son style est tout de suite reconnaissable, ci-dessous son dernier fond d’écran avec le clin d’œil au projet Tor.

Fin mars Péhä et sa femme ont ouvert une cagnotte sur leetchi pour leur fils Ange. Voici le but de la cagnotte.

Je m’appelle Ange, j’ai 3 ans et je suis atteint d’un syndrome cérébelleux, mon cervelet ne fonctionne pas bien. Marcher, parler, me concentrer, me demandent de gros efforts. Pour... Lire la suite

Comment suivre les mises à jour de vos logiciels libres

mardi 10 avril 2018 à 16:00

Je fais de la veille depuis un moment mais je me suis fait la réflexion il y a seulement un mois que je devais suivre les mises à jour des logiciels/outils que j’utilise. Quelques raisons à cela :

RSS comme d’hab

J’ai voulu réutiliser l’outil principal me servant pour ma veille, le lecteur RSS. J’utilise FreshRSS (le meilleur !), il propose les avantages suivants :

Bazar comme d’hab

J’ai commencé à lister tous les outils que je voulais suivre, ceux que j’utilise en tant qu’utilisateur (BorgBackup, Raspbian, Termux, Coreutils…), ceux sur lesquels je bosse (MariaDB, PHP, systemd, rsyslog…). Ensuite je me suis penché sur chaque projet, je m’attendais à quelque chose de plus carré et simple… c’est le bazar et pas du tout la cathédrale.

Voici ma liste par ordre alphabétique, je vais attendre un peu (work in progress) et j’en ferai un Mémo. Le premier lien concerne la page releases, le second lien le flux RSS, le troisième (quand il y a besoin) le changelog (news, release notes).

Ansible RSS Changelog
BorgBackup RSS Changelog
Chrony ML
Coreutils RSS
dnsdist RSS Changelog
Elixir RSS Changelog
Etcher RSS Changelog
FreshRSS RSS
Glances RSS
Guake RSS
HAProxy Changelog
MariaDB RSS Changelog
ncdu RSS
Nix RSS
Node.js RSS
peco RSS
PHP RSS
Python RSS
ranger RSS Changelog
Raspbian
rsyslog RSS Changelog
Ruby RSS
scrcpy RSS
Shaarli RSS Changelog
Signal RSS
Syncthing RSS
systemd RSS Changelog
Terminator RSS
Termux RSS
Tilix RSS

Ce que j’ai appris et compris

Le lecteur voit le résultat final qu’on lui présente élégamment dans un article, vous verrez difficilement certains points. Voici ce que j’ai appris et compris :

Cheminement

Souvent les informations récoltées via flux RSS sont insuffisantes, il faut alors aller chercher le changelog qui peut être difficile à retrouver…

Pour ma part je garde un fichier nommé releases sous la main où j’ai répertorié les URL des projets. Concrètement le cheminement donne 1/ Je suis averti de la nouvelle version du logiciel par flux RSS 2/ Je consulte le changelog ou 3/ J’ouvre mon fichier releases, je clique sur le lien du changelog. C’est une solution peu satisfaisante et perfectible. Comment vous faites de votre côté ? Une meilleure solution ? Partagez !

En conclusion

Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir aussi bien côté projets pour qu’ils informent correctement et de manière simple que côté utilisateurs cherchant « juste » à s’informer. Chaque projet gère sa barque comme il l’entend, il faut gérer les priorités et faire avec les moyens du bord mais communiquer, améliorer ou juste fournir un changelog et un flux RSS corrects ne devrait pas être négligé.

Les modèles du genre sont Python, MariaDB, Shaarli. Développeurs au boulot ;)

Liens

samedi 7 avril 2018 à 12:05

Nous sommes dans une société de l’information, elle nous entoure. La quantité d’information est devenue un problème, la qualité un enjeu. Faire le tri est crucial.

Je crois aux valeurs nutritives de l’information, elle nourrit nos réflexions, enrichit notre savoir, accroît notre champ de vision, nous donne la capacité de faire des choix éclairés. L’information conditionne nos réflexions, nos choix et nos actions.

Avec le Jdh je crée du lien, en tissant et tirant des liens hypertexte. Je fournis aux communautés du Libre des informations, de la nourriture intellectuelle, des sujets de discussion, des gens à suivre, des communautés à rejoindre. Cependant j’ai bien conscience qu’il est plus important de publier (code, texte, vidéo, tuto…) que de tisser et tirer des liens. Sans les gens qui font, qui créent, qui publient, rien à linker. Rien ne sert de passer l’assiette si il n’y a pas de nourriture dedans. J’accorde donc une part encore plus importante à la production et à la publication. J’écris et je publie des articles.

Les articles que j’écris sont inspirés par ma veille, mes découvertes, les informations qui arrivent jusqu’à moi, les interactions avec les gens qui m’entoure, mon expérience, mes erreurs. Lorsque je publie, je vous invite à un banquet et j’espère que les informations servies vous nourriront à votre tour.

Quand j’utilise un mot à la place d’un autre, je change d’ingrédient, je modifie la recette finale. Il faut prendre garde à l’infobésité. J’ai longtemps cherché ce qui différenciait un site d’un blog. Un site tu connais déjà sa carte car sa ligne éditoriale est claire, ses thèmes sont connus. C’est plus simple, efficace. C’est basé sur l’habitude et la certitude de savoir ce qu’on va y manger, comment se sera préparé et servi. Un blog est une prise de risque, une surprise car la carte change, ça peut être un agréable moment comme du temps de perdu. Il faut prendre garde à ne pas préparer de la malbouffe. Il ne faut pas mettre trop d’ingrédients, il faut mettre ce qu’il faut. Mon pote Antoine de Saint-Exupéry disait la perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer. Minimalisme ?

C’est ce que je fais depuis des mois, je ne rajoute plus de mots, j’en enlève. J’écrème. Mais comme on prépare un plat pour un certain nombre de convives, cette table ne peut pas accueillir tout le monde. Ceux qui sentent la bonne odeur des plats et à qui ça plaît, s’assoient et mangent à mes côtés.

Parce que la porte est ouverte, tout le monde pense qu’on peut s’asseoir à table, pousser le canapé, lancer un sujet ou une vacherie comme si on était à la maison. Non, vous êtes à ma table. Vous respectez votre hôte ou je vous mettrai dehors. Je ne vous dois rien, vous me devez à minima la considération des plats que j’ai cuisiné et partagé avec vous. L’origine de l’échange et des futures discussions dans les commentaires vient de là.

Il y a des habitués qui viennent s’attabler, qui seront toujours bienvenue. C’est mon plaisir, ma fierté. Ils continueront probablement à venir même quand les plats ne seront plus bons, avariés. Tout a une fin.

Il faut profiter de la chaleur de l’endroit, de ces instants sacrés où nous sommes réunis et ensemble. Nous refaisons le monde peut-être qu’avec des mots mais avec les nôtres. Nos mots vont écrire, décrire et bâtir.

Venez dimanche. On se tutoiera au dessert.