PROJET AUTOBLOG


Blog-Libre

Site original : Blog-Libre

⇐ retour index

To continue reading this article, please exit incognito mode

jeudi 26 octobre 2017 à 21:00

Je voulais partager avec vous ce grand moment de solitude sur un article du MIT Technology review, voici le rendu.

Le plus drôle – ou le plus triste c’est selon – c’est que je n’étais même pas en mode incognito/privée.

Lien, contact, confiance

samedi 21 octobre 2017 à 19:00

Cette nuit j’ai tenu mon fils dans les bras jusqu’à ce qu’il s’endorme. Sa gastro-entérite et ses vomissements répétés ont cassé ce petit bonhomme. J’ai lu un jour que le contact physique du nourrisson avec ses parents était très important, ça lui permet d’établir une relation de confiance avec eux. Plus tard c’est de cette confiance donnée par les parents et par l’entourage qu’il tirera sa confiance en soi.

Étrangement bloguer m’a apporté beaucoup de confiance en moi. Je sais que ça n’a rien à voir avec l’écriture ou un nombre X de lecteurs et tout à voir avec la reconnaissance et le contact relationnel que je ressens avec certains lecteurs/blogueurs. Oui je parle toujours d’intimité.

Il n’y a pas besoin de se voir pour être proche, on a juste besoin de ce contact par mail/article/SMS pour entretenir cette proximité. Cette intimité.

Il y a encore quelques années je me souviens des multiples rebonds qu’il pouvait y avoir sur un article traitant du Libre. Un blogueur lançait un débat, 5 autres y répondaient. C’est cela que j’appelle un rebond. Ces derniers temps je trouve moins d’articles qui me font réfléchir, qui me donnent envie d’écrire et de rebondir. Les blogueurs ont curieusement laissé la place à l’actualité et à la technique.

Je me rends compte que ce type de contact me manque, j’apprécie les clins d’œil, tapes dans le dos, vacheries, nourritures intellectuelles et contre-arguments qu’on peut s’envoyer via articles interposés.

Ça me fait penser à une bouffe entre potes.

Intimité

samedi 14 octobre 2017 à 12:00

J’aime bien ces quelques mots sur Wikipédia : L’intimité véritable demande des échanges, de la transparence, de la réciprocité et incidemment une certaine vulnérabilité.

Il y a une déformation entre ce que le lecteur perçoit et ce que le blogueur pense. Quand bien-même les articles sont lus par des centaines de personnes, ici c’est intime.

Je cherche (et j’ai trouvé) un endroit où je peux m’exprimer librement. Mais plus il y a de lecteurs, plus il y a de jugements, moins il y a d’intimité et de compréhension.

Alterlibriste dirait mais de quoi tu te plains tu as des lecteurs respectueux ? Bien-sûr. Mais on est au-delà du respect, on parle de confiance.

J’ai tissé des liens avec des gens et des lecteurs. Pourtant il faut bien comprendre que je ne suis pas dans le discours public, je suis dans l’expression personnelle. Je ne suis pas dans le blogging décomplexé, je suis dans l’écriture assumée. Je suis moins dans la démonstration logique que dans l’intimité du vécu.

Cette intimité peut paraître inaccessible quand un contenu est public cependant je crois que certains (beaucoup ?) de lecteurs ressentent le confort qu’il y a dans ce lieu. On est en paix, en petit comité, entre nous. On échange et on partage.

Je pense à une île loin de tout, au milieu de rien. Si tout le monde connaît cette île et y accoste, elle n’aura plus rien d’intime ni de sacré. Mon Internet est mort et celui que je crée, le mien, n’a rien en commun avec celui d’un autre. Chacun s’exprime, chacun a sa personnalité.

Pour ma part je ne vise pas à rencontrer un public, je souhaite croiser des gens.

Le grand saut

dimanche 8 octobre 2017 à 08:00

Deux mois que j’ai débuté mon nouveau job, on m’a informé cette semaine que si je voulais rester c’était ok pour eux. Je suis donc quasiment confirmé. Je vais bosser à plein temps sur GNU/Linux, Debian et des logiciels libres. C’est l’aboutissement de plusieurs années d’efforts et la concrétisation d’un rêve.

Statu quo depuis deux semaines concernant ma connexion internet et Free, aucune nouvelle hormis moi qui les relance. Ce que je n’avais pas prévu c’est Madame qui m’engueule comme du vieux poisson pourri parce qu’elle ne peut plus aller sur le net ha ha ha. Le formulaire de résiliation sera envoyé mardi en recommandé. J’ai pris un forfait Free Mobile 4G 100 Go à 19,99 euros par mois et un routeur TP-Link Archer MR 200 que j’utilise actuellement. Ça me coûte moins cher pour un service sans engagement et un meilleur débit, relire Fibre et 4G à ce propos.

7 personnes se sont proposées pour héberger les services dont j’ai besoin, j’ai malheureusement eu peu de temps pour vraiment échanger avec chacun mais je sais que c’est le bon choix. Mutualiser et partager.

Tant qu’à changer j’ai pris un support de bureau pour double écran. J’ai deux écrans de 24 pouces, je vais tester un en vertical (pour le terminal), l’autre en horizontal.

Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement. Amen mon frère !

Déléguer

samedi 30 septembre 2017 à 14:30

Depuis 10 ans que je suis dans l’informatique, j’ai croisé beaucoup de personnes compétentes voire très compétentes professionnellement. Dans mon nouveau job mon collègue (un des dirigeants de la petite société où j’ai été embauché) qu’on appellera C. est un gros crack, c’est une des trois personnes les plus compétentes que j’ai jamais côtoyé. Il pourrait écraser son prochain par son égo, ses connaissances, sa position et ses certitudes mais il n’en est rien.

C. gère un dev, un sysadmin (moi) et une personne qui s’occupe du support client. Je considère qu’il est capable de tout faire mieux que nous en nettement moins de temps que nous. C’est flagrant. Il n’a pas volé ses compétences, ça fait 10 ans qu’il construit et développe sa boîte, c’est un DevOps avant l’heure. Mais alors… pourquoi nous confier des tâches qu’il exécute mieux que nous ??

La réponse est très simple parce qu’il n’a pas le temps. Il souhaite se libérer davantage de temps pour s’occuper de sujets de plus haut niveau. Et là je salue toute l’intelligence de la démarche, un manager DOIT déléguer car même si il fait mieux et plus vite que l’employé, il n’a pas la possibilité de TOUT faire. Il n’y a que 24h dans une journée, il faut accepter ses propres limites, on ne peut pas tout contrôler. C’est avant tout un problème d’égo et de confiance.

C. nous encourage à prendre davantage de responsabilité, à monter en compétence, à gagner en autonomie. C’est donc un véritable pari sur les personnes recrutées et une grande confiance placée entre leurs mains. Je ressens une vraie coopération avec lui, une aide sincère pour que je progresse, cette confiance placée en moi.

Pour déléguer il faut deux ingrédients principaux : La confiance et l’autonomie. Le manager doit faire confiance à son employé, c’est probablement le plus dur pour le manager car il est responsable de l’équipe et du travail effectué en son sein. L’employé doit être conscient de la confiance placée en lui, être responsable (il ne faut pas décevoir cette confiance) et être autonome.

Je vous souhaite de connaître un jour cette façon de travailler. Elle devrait être la norme mais elle peine à émerger dans la manière de manager en France où on considère que l’employé est trop incapable et/ou irresponsable et/ou irrespectueux de la hiérarchie.