PROJET AUTOBLOG


Blog de dada

Site original : Blog de dada

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Mozilla encore sous le feu des critiques

mercredi 2 janvier 2019 à 18:15

On prend les mêmes et on recommence. Ça devient lassant de lire toutes ces critiques envers la maison mère de Firefox. Vraiment. Les dernières nouvelles ont permis aux trolls de service de se lâcher :

Un autre thème que je voulais aborder : les contenus. Le Web en regorge, mais de nos jours, il est difficile de distinguer le vrai du faux. Nous avons au sein de Mozilla des experts qui doivent prendre part aux discussions sur le sujet et peuvent travailler sur des solutions expérimentales pour résoudre ce problème.

Ce paragraphe est extrait des derniers mots de Mitchell Baker, la cofondatrice de Mozilla. Qu'est-ce qu'on y lit ? Les plus tordus s'amuseront à le traduire en : "Nous allons configurer Firefox pour que les actualités qui ne nous plaisent pas mais qui pourraient vous intéresser n'apparaissent plus dans Firefox".

Dingue.

Ça me fait penser à l'intégration de Safe Browsing, l'outil de Google qui permet de recenser les sites crapuleux et de les bloquer. Qui continue à en parler ? Qui s'amuse à le désactiver lorsqu'il installe Firefox ? Sans doute personne, ou si peu. On se souvient pourtant du scandale : Google s'arrogeait le droit de couper l'accès à des sites dont le but était visiblement la malveillance. Mais de quel droit osent-ils ? Comment peut-on ?

Depuis, plus rien.

L'année 2018 a fait sortir l'influence des trolls, des crapuleux, des malhonnêtes, etc, du bois. Internet, le web, est partout et tout le monde ou presque y traîne ses gros doigts. Et les gens vont se battre pour l'orienter dans leurs intérêts.

On pourrait reprendre les mots de Baker sous cet éclairage : Mozilla va mettre sa charte et ses moyens aux services des internautes en plaçant des gens compétents au cœur des réunions qui vont certainement avoir lieu autour des notions de fakenews/désinformations/manipulations. Pour quoi faire ? Pour taper autant que possible du poing sur la table quand des mesures farfelues seront proposées.

Personnellement, quand je vois passer des liens qui redirigent les gens vers des blogs ou des torchons qui débitent des conneries dingues sur des décisions politiques entre deux billets traitant de l'existence, la vraie, d'agroglyphes : je veux bien que Firefox ouvre une popup pour m'avertir de la folie des rédacteurs.
Et moi, je m'en rends compte. Les Michus n'auront pas toujours le reflexe de s'intéresser aux contextes.

Mozilla peut se servir de ce qui lui reste de ses compétences et de sa notoriété pour nous aider. S'ils ne le font pas, nous quitterons tous le navire Firefox pour aller voir ailleurs. Pas chez Vivaldi, pas chez Brave, encore moins chez Chrome, mais pourquoi pas chez Librefox.

C'est facile de s'énerver quand la neutralité d'un navigateur ne semble plus garantie. Il ne faut cependant jamais oublier que 99% des gens ne comprennent pas ce qu'est un navigateur. Le laisser neutre serait l'idéal, c'est certain, mais peut-on vraiment se le permettre alors que les sociétés se transforment en somme d'individualisme et plus en multitude réunie par les mêmes envies, règles, droits et devoirs ?

Pour finir : les choix techniques qui seront peut-être pris par les grands navigateurs ne seront que des rustines posées sur une jambe de bois. L'éducation devrait faire son travail mais dans un monde bouffé par l'optimisation et la rentabilité de l'humain, on fait avec ce qu'on a.


Mozilla encore sous le feu des critiques

mercredi 2 janvier 2019 à 18:15

On prend les mêmes et on recommence. Ça devient lassant de lire toutes ces critiques envers la maison mère de Firefox. Vraiment. Les dernières nouvelles ont permis aux trolls de service de se lâcher :

Un autre thème que je voulais aborder : les contenus. Le Web en regorge, mais de nos jours, il est difficile de distinguer le vrai du faux. Nous avons au sein de Mozilla des experts qui doivent prendre part aux discussions sur le sujet et peuvent travailler sur des solutions expérimentales pour résoudre ce problème.

Ce paragraphe est extrait des derniers mots de Mitchell Baker, la cofondatrice de Mozilla. Qu'est-ce qu'on y lit ? Les plus tordus s'amuseront à le traduire en : "Nous allons configurer Firefox pour que les actualités qui ne nous plaisent pas mais qui pourraient vous intéresser n'apparaissent plus dans Firefox".

Dingue.

Ça me fait penser à l'intégration de Safe Browsing, l'outil de Google qui permet de recenser les sites crapuleux et de les bloquer. Qui continue à en parler ? Qui s'amuse à le désactiver lorsqu'il installe Firefox ? Sans doute personne, ou si peu. On se souvient pourtant du scandale : Google s'arrogeait le droit de couper l'accès à des sites dont le but était visiblement la malveillance. Mais de quel droit osent-ils ? Comment peut-on ?

Depuis, plus rien.

L'année 2018 a fait sortir l'influence des trolls, des crapuleux, des malhonnêtes, etc, du bois. Internet, le web, est partout et tout le monde ou presque y traîne ses gros doigts. Et les gens vont se battre pour l'orienter dans leurs intérêts.

On pourrait reprendre les mots de Baker sous cet éclairage : Mozilla va mettre sa charte et ses moyens aux services des internautes en plaçant des gens compétents au cœur des réunions qui vont certainement avoir lieu autour des notions de fakenews/désinformations/manipulations. Pour quoi faire ? Pour taper autant que possible du poing sur la table quand des mesures farfelues seront proposées.

Personnellement, quand je vois passer des liens qui redirigent les gens vers des blogs ou des torchons qui débitent des conneries dingues sur des décisions politiques entre deux billets traitant de l'existence, la vraie, d'agroglyphes : je veux bien que Firefox ouvre une popup pour m'avertir de la folie des rédacteurs.
Et moi, je m'en rends compte. Les Michus n'auront pas toujours le reflexe de s'intéresser aux contextes.

Mozilla peut se servir de ce qui lui reste de ses compétences et de sa notoriété pour nous aider. S'ils ne le font pas, nous quitterons tous le navire Firefox pour aller voir ailleurs. Pas chez Vivaldi, pas chez Brave, encore moins chez Chrome, mais pourquoi pas chez Librefox.

C'est facile de s'énerver quand la neutralité d'un navigateur ne semble plus garantie. Il ne faut cependant jamais oublier que 99% des gens ne comprennent pas ce qu'est un navigateur. Le laisser neutre serait l'idéal, c'est certain, mais peut-on vraiment se le permettre alors que les sociétés se transforment en somme d'individualisme et plus en multitude réunie par les mêmes envies, règles, droits et devoirs ?

Pour finir : les choix techniques qui seront peut-être pris par les grands navigateurs ne seront que des rustines posées sur une jambe de bois. L'éducation devrait faire son travail mais dans un monde bouffé par l'optimisation et la rentabilité de l'humain, on fait avec ce qu'on a.


Récupérer ses flux RSS dans Firefox

mercredi 2 janvier 2019 à 08:42

Avec les dernières versions de Firefox, Mozilla a supprimé le support des flux RSS dans son navigateur. C'est un choix qu'on apprécie, ou pas, avec lequel il faut faire. J'ai décidé de configurer mon navigateur pour lui redonner la possibilité de jouer avec les flux RSS à travers l’application Want My RSS.

Installation

Pour l'installation, passez par ce lien pour télécharger et installer l'extension.

Utilisation

L'outil est assez simple. En naviguant dans le Web, vous verrez apparaître l’icône des flux RSS dans la barre d'adresse. Cliquez dessus et admirez la liste des flux disponibles.


Chez moi, après avoir cliqué sur le flux des articles, ça donne :


Configuration

Want My RSS permet d'afficher les flux RSS mais aussi de les ajouter à son lecteur préféré. Chez moi, c'est FreshRSS qui tient le haut du pavé. Pour vous permettre d'ajouter un flux, configurez l'extension pour aller directement taper dans votre lecteur :


Si vous cherchez le lien qui va bien de votre FreshRSS, retrouvez-le dans Gestion des abonnements -> Outils d'abonnement.

Et voilà, les RSS sont de retour dans Firefox !


Récupérer ses flux RSS dans Firefox

mercredi 2 janvier 2019 à 08:42

Avec les dernières versions de Firefox, Mozilla a supprimé le support des flux RSS dans son navigateur. C'est un choix qu'on apprécie, ou pas, avec lequel il faut faire. J'ai décidé de configurer mon navigateur pour lui redonner la possibilité de jouer avec les flux RSS à travers l’application Want My RSS.

Installation

Pour l'installation, passez par ce lien pour télécharger et installer l'extension.

Utilisation

L'outil est assez simple. En naviguant dans le Web, vous verrez apparaître l’icône des flux RSS dans la barre d'adresse. Cliquez dessus et admirez la liste des flux disponibles.


Chez moi, après avoir cliqué sur le flux des articles, ça donne :


Configuration

Want My RSS permet d'afficher les flux RSS mais aussi de les ajouter à son lecteur préféré. Chez moi, c'est FreshRSS qui tient le haut du pavé. Pour vous permettre d'ajouter un flux, configurez l'extension pour aller directement taper dans votre lecteur :


Si vous cherchez le lien qui va bien de votre FreshRSS, retrouvez-le dans Gestion des abonnements -> Outils d'abonnement.

Et voilà, les RSS sont de retour dans Firefox !


Le Blog de dada en 2018

samedi 29 décembre 2018 à 11:25

L'année se termine et je me plonge dans Matomo (anciennement Piwik) pour regarder dans le rétro. Je vous propose un rapide tour d'horizon de ce qu'a brassé mon modeste blog ces 12 derniers mois.
Mon Matomo est configuré pour ne pas tracker celles et ceux qui ne le souhaitent pas, d'où l'importance des Inconnus dans les graphiques qui vont suivre.

Les navigateurs


Chrome : 31%
Firefox : 7%

Comme la totalité du Web, je n'échappe pas à l'invasion de Chrome. L'encart publicitaire en haut à droite de la page d'accueil ne fait pas assez effet.

Systèmes d'exploitation



GNU/Linux : 66%
Windows : 16 %

Là, c'est la fête ! Les thèmes abordés dans mes colonnes attirent une population spécifique : l'adepte du logiciel libre ou open source. Ce n'est pas surprenant de voir GNU/Linux en tête des OS chez mes visiteurs. Je me demande quand même où sont passés les utilisateurs de MacOS ?

Périphériques


Bon, là, on se sert des PC pour venir me lire. Les autres machins sont quantité négligeable alors même que PluXml est parfaitement adaptatif et s'affiche très bien sur des petits écrans.
J'ai des infos sur les marques des smartphones : Apple caracole largement en tête, suivi de loin par Samsung.

Les moteurs de recherche



Celui-là, je le mets pour le lol, comme on dit. Google domine.

Les réseaux sociaux


Twitter : 65%
Mastodon : 17%
Facebook : 12%

Je ne sais pas quand Matomo a intégré Mastodon dans sa liste des réseaux sociaux mais c'est une excellente idée ! Twitter domine, c'est clair, mais j'ai maintenant de quoi suivre l'évolution de Mastodon comme vecteur d'information.

Les visites




Classique, tout ça.

Plus de chiffres

Si vous voulez plus de chiffres :
- 1 900 000 visites
- 245 784 000 pages vues
- 34 articles
- 198 commentaires

C'est beau, mais assez faussé. J'ai une armée de lecteurs de flux RSS qui s'amuse à vérifier toutes les 30min si j'ai publié un nouvel article. Je ne sais pas ce que les gens balancent dans leurs lecteurs de flux, mais tout rafraîchir aussi souvent, ça me parait un peu beaucoup.

Enfin voilà. 2018 se termine doucement. Les statistiques m'encouragent encore et toujours à écrire des choses sérieusement. Ne croyez pas que j'écris pour la gloire des chiffres : ils m'intéressent sans plus. J'écris pour partager mes aventures et parfaire mes connaissances. Plus de visiteurs ne me pousse qu'à faire plus attention.

Merci pour cette année 2018 et à 2019 !